Rare sont les dossiers à être autant scruté que la Boucle du Hainaut, qui fait l'objet de deux questions parlementaires toutes les deux semaines depuis la rentrée. Les opposants, quelques parlementaires et les pouvoirs locaux concernés par le projet trépignent d'impatience quant à la réception d'une contre-expertise commanditée par le gouvernement wallon et qui doit objectiver l'intérêt de cette ligne à très haute tension de 83 km de long. L'étude devait être réceptionnée le 16 septembre dernier. Et François Desquesnes (cdH) et Manu Disabatto (Ecolo) de s'interroger: le timing a-t-il été respecté et quand pourrons-nous prendre connaissance de son contenu?

Oui, répond le ministre Willy Borsus, mais il en appelle à encore un peu de patience avant de la lire. "Même si je puis vous assurer que le rapport d’expertise a bien été finalisé et transmis par Mme Bekolo (NDLR: l'experte désignée), il n’a pas encore été formellement réceptionné et approuvé en tant que tel par le comité d’accompagnement du marché public. Ceci sera fait dans les tout prochains jours et vous considérerez qu’il faut un minimum de temps pour que le comité d’accompagnement puisse valider le fait que le contenu correspond bien au marché public tel qu’il a été diligenté."

Par la suite, "mon équipe et moi-même apporterons bien évidemment tout le soin voulu à l’analyse ainsi qu’à la communication de ce document." Et de rappeler: "j’ai veillé à ce que les éléments de contre-analyse qui m’ont été transmis soient communiqués à Mme Bekolo pour qu’elle puisse les intégrer à ses analyses, à son raisonnement et en faire ample examen."

Dès que l'étude sera validée par le comité d'accompagnement du marché et que les services du ministre se seront assurés que la diffusion du rapport ne pose pas de problème de confidentialité, "le rapport de l’experte canadienne pourra être communiqué. Notre but est bien sûr d’agir en toute transparence."

Quant à une autre étude concernant les risques pour la santé et l’environnement des ondes électromagnétiques provenant des lignes à très haute tension, "elle devrait, suivant mes informations, être disponible dans le courant de ce mois", indique encore le ministre. Qui renvoie pour celle-ci vers sa collègue Céline Tellier en charge de l'environnement.