Comme dans plusieurs autres communes de la région du Centre, le projet de ligne à haute tension Boucle du Hainaut doit passer sur le territoire de Braine-le-Comte. Le tracé des pylônes électriques est censé arriver du nord de Soignies pour couper la N6 à côté du rond-point formé avec la N57 avant de filer vers Ecaussinnes. Mais contrairement à ses voisines, la Ville de Braine-le-Comte reste discrète sur ce dossier.

"Comme dans les autres procédures de consultation citoyenne, nous laissons d'abord les citoyens s'exprimer alors que le collège communal reste dans un droit de réserve", justifie le bourgmestre Maxime Daye. "C'est pour cela que nous ne donnons pas encore d'avis."

Du côté de Soignies, Ecaussinnes, Lens ou Seneffe, un appel à la mobilisation citoyenne lors de l'enquête publique a par ailleurs été lancée. Mais à Braine-le-Comte, on reste aussi plus discret. "Nous n'avons jamais joué ce rôle par le passé. Même lorsque le collège est contre un projet, nous laissons d'abord la liberté au porteur de projet de présenter les choses de manière objective."

Ce n'est pas pour autant que le bourgmestre et les échevins brainois ne sont pas attentifs au dossier et à toutes les initiatives citoyennes qui s'y opposent. "Il est clair que chacun de nous a un avis tranché sur la question. Je partage aussi la solidarité avec les autres communes. Nous avons d'ailleurs tenu pas mal de réunions avec les bourgmestres limitrophes afin de déterminer comment les intérêts de notre région peuvent être défendus."

La Ville de Braine-le-Comte se contente cependant pour le moment d'un rôle d'informateur. "Nous laissons d'abord la population s'exprimer. Pour cela, toutes les informations sont partagées sur notre site internet tandis que les chefs de groupe de tous les partis politiques ont été informés. Par ailleurs, Elia viendra répondre aux questions du conseil communal lors de la séance du 5 octobre diffusée en direct sur Facebook. Puis le conseil communal se réunira spécialement le 26 octobre pour se positionner."