Seneffe, Ecaussines, Braine-le-Comte et Soignies. Les quatre communes de la région du Centre impactées par le projet de la Boucle du Hainaut vont recevoir ce vendredi 8 janvier la visite de Willy Borsus. Le ministre de l'aménagement du territoire avait promis depuis plusieurs mois qu'il se rendrait sur le terrain pour se rendre compte de la situation et des impacts potentiels du projet d'Elia.

Toutefois, cette visite avait été postposée dans un premier temps. "Les conditions sanitaires m’imposent de ne pas générer de rassemblement qui serait en infraction avec les dispositions prévues par les arrêtés ministériels fédéraux à cet égard. C’est la raison pour laquelle la première date, que j’avais moi-même programmée pour cette visite, a été différée", avait expliqué le ministre en novembre dernier.

L'envoi, en début de semaine, du dossier de base par Elia a semble-t-il accéléré les choses. Car le ministre a toujours insisté sur l'importance de cette visite de terrain. "Rien ne sera fait dans ce dossier, en ce qui me concerne, avant que cette visite ait pu être menée à bien dans le cadre sanitaire qui est le nôtre aujourd’hui", a-t-il affirmé.

Une visite des 13 communes en deux jours

Un long pèlerinage au sein des 13 communes wallonnes concernées par le projet d'Elia va donc débuter ce vendredi. Le ministre entamera sa journée par Courcelles pour enchaîner progressivement par Pont-à-Celles, Seneffe, Ecaussinnes, Braine-le-Comte, Soignies puis continuer vers Jurbise, Lens et la Wallonie picarde. Le périple se terminera dans la journée de samedi avec les dernières communes dont Celles. A chacun de ses arrêts, le ministre a demandé à rencontrer une délégation de quatre personnes, crise sanitaire oblige, à un endroit pertinent et potentiellement impacté par le projet.

Le projet de Boucle du Hainaut, qui consiste en la réalisation d'une nouvelle liaison électrique d'un niveau de tension de 380 kV et d'une capacité de transport de 6 GW entre les postes d'Avelgem et de Courcelles, a suscité une levée de boucliers de la part des citoyens ainsi des 14 communes concernées. Elia a, comme le prévoit la procédure, introduit ce lundi l'ensemble des documents au gouvernement wallon et plus particulièrement le ministre Willy Borsus, qui pourra ainsi demander l'avis d'autres instances utiles et se prononcer sur l'éventuelle ouverture à révision des plans de secteur.