Le projet de ligne à très haute tension Boucle du Hainaut a une nouvelle fois provoqué de longs débats ce mardi matin en Commission de l'aménagement du territoire du parlement wallon. Pendant plus d'une heure, différents députés ont pris la parole pour exprimer leurs craintes tandis que le ministre Willy Borsus (MR) a tenté de les rassurer.

"Je dois m’imposer un devoir de réserve car je ne suis même pas encore saisi officiellement de ce dossier puisque nous n’en sommes qu’au stade de la réunion d’information préalable qui débouchera sur les étapes suivantes, dont l’établissement d’un rapport d’incidence environnementale", a-t-il débuté avant d'insister sur la prudence et la volonté "de mettre en place l’accompagnement nécessaire en limitant au maximum l’impact négatif sur les paysages et sur l’environnement, notamment au niveau des champs électromagnétiques", comme le précise la Déclaration de politique régionale.

Willy Borsus a égalemennt assuré qu'il comptait traiter ce dossier de manière extrêmement approfondie. "N’en doutez pas une seule seconde, cette analyse sera totalement indépendante. La décision, alimentée des milliers de contributions, des positions des conseils communaux, des CCATM et des divers intervenants sera l’objet d’une analyse transversale totalement indépendante."

Un vote le 18 novembre

Dans la foulée des différentes interpellations et réponses, le député François Desquesnes (cdH) a déposé une motion qui sera soumise au vote du Parlement wallon le 18 novembre. Le texte demande quatre éléments précis au Gouvernement wallon. Le premier étant "d’objectiver les besoins réels de transport d’énergie électrique pour la Wallonie", le deuxième "d’établir des normes environnementales applicables à tout nouveau projet de ligne à haute tension sur le territoire Wallon."

Le député sonégien demande ensuite "d’établir pour toute modification du plan de secteur visant l’installation de grandes infrastructures un comité d’accompagnement associant un collège d’experts et les représentants des citoyens et communes". Finalement, les députés devront voter sur le point le plus important de cette motion : "ne pas donner suite à la demande de modification du plan de secteur introduite par Elia pour son projet de Boucle du Hainaut." Et donc abandonner le projet. 

Si une majorité de députés wallons décidait d'aller dans ce sens en votant la motion du chef de file du cdH, il s'agirait d'un avis global et d'un signal clair du Parlement wallon. Mais néanmoins sans valeur décisionnelle. C'est bien le Gouvernement wallon et les ministres compétents qui auront le dernier mot au moment de trancher.