Comme nous vous l'annoncions ce mercredi matin, le ministre Willy Borsus va enfin se rendre sur le terrain dans le cadre du projet de la Boucle du Hainaut. Toutefois, il ne pourra pas contenter tout le monde car, crise sanitaire oblige. Le ministre a demandé à rencontrer une délégation de quatre personnes, pas une de plus, à un endroit pertinent. Les communes ont donc dû faire des choix. Ecaussinnes a par exemple une délégation de citoyens pour accompagner le bourgmestre.

Et à Seneffe, la bourgmestre et l'échevine de l'urbanisme seront accompagnés de la présidente nationale de l'union wallonne des agricultrices ainsi que du propriétaire du lieu de la visite et représentant du comité de riverains. Ce qui fait grincer des dents le PS local. "Nous sommes furieux d'être laissés à l'écart de cette importante rencontre", commente le chef de groupe Michaël Carpin. "Tout d'abord, sans la députée Sophie Pécriaux, cette visite serait restée sous silence. De plus, cette délégation n'est absolument pas représentative de nos 11 000 citoyens et des choix opérés lors des dernières élections communales."

C'est visiblement le choix porté sur l'échevine et sur la présidente de l'union wallonne des agricultrices qui ennuie le PS seneffois. "Que Bénédicte Poll et un représentant des riverains impactés soient présents ne me gêne absolument pas et je trouve cela tout à fait normal. Que Mme Duhoux soit présente, alors qu'elle est personnellement impactée par le tracé est tout à fait inapproprié. Elle aurait déjà dû faire un pas de côté. La présence de la présidence des agricultrices est aussi incompréhensible. Combien d'agricultrices compte Seneffe par rapport aux 11 000 habitants ?"

Pour la bourgmestre Bénédicte Poll, ce choix était pourtant le plus pertinent. "Mme Duhoux est échevine de l'urbanisme et de l'agriculture. Sa présence a tout son sens dans cette thématique. Et le fait qu'elle soit impactée personnellement renforce, selon nous, encore plus la pertinence de sa présence. Car notre discours vis-à-vis du ministre sera de mettre en évidence le vécu de citoyens impactés. Pourquoi une échevine impactée ne devrait pas être présente pour défendre la position des autres citoyens impactés ?"

En ce qui concerne la représentante des agricultrices, la bourgmestre met en évidence son autre casquette de présidente de l’Union des agricultures de Wallonie pour la province du Hainaut. "Elle représente l'ensemble des agriculteurs. Or, nous avons quatre fermes directement impactées par le tracé ainsi que des dizaines de champs qui pourraient être traversé par des pylônes. Par ailleurs, je rappelle que le conseil communal s'est opposé à l'unanimité contre le projet donc la voix de l'opposition va dans le même sens que celui de la majorité. Nous avons aussi prévu une rencontre avec les riverains la semaine prochaine à laquelle nous avons convié le PS."