Il y avait les experts de Manhattan ou encore de Miami. Il faudra désormais compter aussi les experts de Seneffe. Le conseil communal vient effet d'approuver un cahier des charges pour désigner un groupe de spécialistes destinés à se pencher sur le dossier de la Boucle du Hainaut.

"Les conseillers auront un double mandat très clair", explique la commune de Seneffe. "D'une part, lister les questions à poser dans le cadre de la Réunion d'Information Préalable à partir du dossier de base déposé par Elia. D'autre part, étudier toutes les alternatives possibles au tracé actuel, qui ne rencontre pas les attentes du Collège."

Le projet n'en est qu'aux prémices. Mais la ligne haute tension voulue par Elia et qui traversera plusieurs communes de la région soulève déjà questions, inquiétudes et oppositions. Avec ses experts, la commune de Seneffe veut faire toute la lumière sur ce projet d'autoroute électrique et entend en faire profiter ses voisins.

"La commune de Seneffe entend balayer toutes les problématiques soulevées par ce projet : environnement, agriculture, foncier, biodiversité, impact paysager et, naturellement, santé. La désignation aura lieu tout début de semaine prochaine", indiquent les autorités communales. "Comme annoncé, la commune de Seneffe prendra en charge l’ensemble des coûts liés à cette étude technique et administrative pointue, ce pour l’ensemble des communes qui adhèrent à cette démarche à savoir Pont-à-Celles, Courcelles, Écaussinnes, Soignies, Braine-le-Comte et Lens. Nous plaidons, depuis le début, pour une démarche commune et non pour des initiatives isolées. L’adage, l’union fait la force, a tout son sens dans ce dossier."

L’objectif des autorités communales demeure inchangé : contraindre Elia à justifier ses choix et l’amener à modifier, en profondeur, ses projets. Il reviendra aux communes, dans leur avis final, d’exploiter ces éléments au regard de leur réalité de territoire.

Au lendemain de la distribution d’un toutes-boîtes, la commune invite à la mobilisation citoyenne : "Pour peser dans ce dossier appelé à se concrétiser en 2028, c’est maintenant. Demain, ce ne sera peut-être pas trop tard, mais la tâche sera nettement plus ardue", prévient le collège communal.