Une délégation d’élus de la Communauté urbaine du Centre (CUC) s’est rendue ce mercredi à Namur pour rencontrer Willy Borsus dans le cadre du projet Boucle du Hainaut. Fraîchement mis en quarantaine suite à un cas de Covid-19 détecté au sein du Gouvernement wallon, le Ministre de l'Économie, de l'Agriculture, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire a finalement assisté à cette réunion par écrans interposés. Mais il n'a pas manqué d'écouter les multiples revendications de la CUC.

Autour du président de la CUC Laurent Devin, les représentants de Seneffe (Bénedicte Poll et Marie-Christine Duhoux), de Soignies (Fabienne Winckel, Patrick Prévot, François Desquesnes et Marc Verslype), d'Ecaussinnes (Xavier Dupont et Arnaud Guérard) et de Braine-le-Comte (Maxime Daye) ont exprimé les revendications qu’ils portent au nom des citoyens de la région du Centre. "Soudés et unis, nous avons pu transmettre les vives inquiétudes de la population", commente Maxime Daye, bourgmestre brainois.

A savoir l'impact qu'une telle ligne aurait pour les habitants et leur santé, pour l'activité économique, l'activité agricole, le tourisme, le bien-être animal ; le manque total de transparence d'Elia dans le dossier ; une demande de délai pour permettre aux citoyens de remettre leur avis dans le cadre de la procédure ; une demande pour bénéficier d'un accompagnement technique dans le cadre de l'examen du dossier ainsi que la désignation d’une expertise indépendante.

© DR

"Le Ministre a été à l’écoute et nous a promis de revenir vers nous par rapport à nos demandes le plus rapidement possible. Il a pu constater la solidarité et l’unanimité des élus contre ce projet", assure la bourgmestre sonégienne Fabienne Winckel. "Nous avons également invité le Ministre à venir dans notre région pour admirer le cadre qui allait être détruit par un tel projet", ajoute Xavier Dupont, bourgmestre d'Ecaussinnes. "Le Ministre Borsus s'est engagé à répondre favorablement à notre invitation.I l nous a également assuré qu'il répondrait à nos demandes d'ici la fin de la semaine."

Mais un premier pas positif a déjà été franchi. "Le Ministre s'est engagé à la réalisation d'une étude indépendante d'Elia et à demander la transparence complète sur le dossier", signale Arnaud Guérard, échevin écaussinnois en charge de l'aménagement du territoire.

Notons que Benoit Friart et Damien Sauvage étaient également présents pour représenter Le Roeulx, même si le projet ne traverse pas directement le territoire rhodien. "La Ville du Roeulx tient à manifester son entier soutien aux communes voisines et combattra ce couloir de pylônes qui va défigurer nos campagnes, impacter la santé des riverains et porter atteinte au bien-être des animaux de nos nombreuses fermes. Il est essentiel que les autorités prennent en considération la volonté des citoyens", insiste Benoit Friart, le bourgmestre du Roeulx.

Pour rappel, les citoyens ont jusqu'au 12 octobre pour réagir à la procédure d'avis ouverte dans le cadre de la demande de révision du plan de secteur sur un corridor de 200 mètres de large et 84,8 km de long entre Avelgem et Courcelles. C'est le Gouvernement wallon qui sera ensuite compétent pour accepter ou non cette demande d'Elia, gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension en Belgique. D'où l'importance de conscientiser les différents ministres.

© DR