Le projet de la Boucle du Hainaut, porté par la société Elia, consiste en la construction d'une nouvelle ligne à 380 kilovolts (kV) qui devrait traverser 14 communes du Hainaut sur un couloir de 84,8 kilomètres entre le poste à haute tension d'Avelgem et celui Courcelles. Toutes les communes concernées ont exprimé leur opposition au projet, de même que de nombreux groupes citoyens rassemblés dans le collectif REVOLHT.

La Fugea a rencontré jeudi Willy Borsus pour exposer son opposition. La rencontre a été constructive, selon les agriculteurs. "Le ministre a prêté une oreille très attentive à nos revendications et avis", a indiqué Philippe Duvivier, président de la Fugea. "Pour nous, la Boucle du Hainaut, c'est non. Nous réclamons une expertise technique sur le projet, elle doit être totale et indépendante. Elle doit pouvoir justifier les besoins réels en énergie électrique pour la région du Hainaut, se pencher sur les choix technologiques, notamment, d'une ligne aérienne, ainsi que sur les impacts sur la santé publique et des animaux."

La fédération déplore le manque d'évaluation des risques sanitaires du projet. "Cette étude doit être faite au préalable de tout dossier. Nous dénonçons par ailleurs le manque de transparence d'Elia, notamment au niveau de l'agenda", ajoute M. Duvivier. "Nous demandons aussi au gouvernement wallon d'imposer un cadre législatif pour fixer des normes maximales d'émissions, notamment au niveau des microteslas dans les champs magnétiques. Le ministre a entendu nos arguments, de même que ceux, mercredi, du comité citoyen REVOLHT qui correspond aux nôtres."

Aussi à la rencontre des citoyens

Ce collectif de citoyens demande aussi au gouvernement wallon de mettre immédiatement un terme à la procédure de révision du plan de secteur introduite par Elia. L'entretien avec Willy Borsus a permis, selon le collectif REVOLHT, de relayer les nombreux griefs relevés dans près de 20 000 courriers adressés aux autorités dans le cadre de la première phase de consultation sur le projet de la Boucle du Hainaut. Les 14 communes traversées ont déposé un avis défavorable au projet porté par Elia. 

"Le ministre Willy Borsus s'est montré particulièrement attentif aux doutes exprimés par REVOLHT quant au bien-fondé de cette ligne à très haute tension", a indiqué le collectif dans un communiqué. "Elia a ignoré dans les études préliminaires les innovations technologiques attendues en matière de transport énergétique"

REVOLHT estime que "cela devrait amener les pouvoirs publics à initier des contre-expertises indépendantes et à étudier des alternatives au sens large, intégrant notamment l'hydrogène, dont le potentiel en termes de transition énergétique 'zéro carbone' constitue une opportunité stratégique pour les entreprises belges et wallonnes"

Le collectif, qui relaie les inquiétudes des citoyens quant à l'impact du projet sur l'environnement, l'économie locale, l'agriculture et la santé, a par ailleurs souligné "les nombreuses zones d'ombre planant sur le dossier, comme le développement d'un nœud électrique stratégique au départ du poste de transformation 150kV de Chièvres". Les citoyens ont dès lors demandé au gouvernement wallon "de mettre immédiatement un terme à la procédure de révision du plan de secteur introduite par Elia".