Centre

La rue scolaire testée cette semaine aux abords de l'école a été une réussite.

La semaine européenne de la mobilité est l'occasion de promouvoir la mobilité douce à Braine-le-Comte. La priorité a été mise sur les écoles avec diverses actions tout au long de la semaine. Notamment à l'école fondamentale Notre-Dame. Ce jeudi après-midi, l'ensemble des élèves de la section primaire, soit 370 enfants, sont sortis dans la rue pour se faire entendre.

Ils ont arboré dans tout le quartier des banderoles en faveur de la planète, du climat mais aussi de la mobilité. "L'objectif étant de rappeler aux automobilistes qu'on aimerait avoir de l'air sain autour des écoles et qu'il faut diminuer le nombre de voitures", commente Christophe Marichal, directeur de l'établissement. "On rappelle aussi aux parents que les trottoirs ne sont pas des parkings, même lorsqu'on est en retard le matin."


Il a été question de mobilité durant toute la semaine dans cette école avec la mise en place du concept de rue scolaire : la rue du Père Damien était interdite aux véhicules motorisés durant les heures d'entrée et de sortie de l'école. "C'est favorablement accueilli par la plupart des parents mais il est certain que ça ne fera jamais l'unanimité", poursuit le directeur. "Les parents qui sont toujours pressés le matin sont plus réticents. Mais nous avons tout mis en place pour que cela se fasse le mieux possible avec des parkings de dissuasion pour qu'il n'y ait pas trop de distance à parcourir à pied."

Cette semaine de test, durant laquelle la qualité de l'air est aussi analysée, pourrait être rééditée par la suite. "Nous en tirerons désormais les conclusions en concertation avec le service mobilité l'échevin. Mais il est clair que nous sommes favorables à ce concept de rue scolaire. Il y a souvent des situations dangereuses qui sont constatées, sans parler de la pollution de l'air. Dans un premier temps, il serait bon de renouveler l'expérience et puis de réfléchir à une éventuelle mise en place permanente. La police, les enseignants, les parents doivent aussi donner leur avis."