Centre

Quatre taxes ont en revanche été supprimées.

La soirée de ce lundi a été très longue pour le bourgmestre, les échevins et les conseillers communaux de Braine-le-Comte. La séance mensuelle du conseil communal a duré près de 4h30. L'ordre du jour prévoyait d'abord une interpellation citoyenne sur le projet de porcherie à Ronquières (devant une centaine de citoyens anti-porcherie), une modification budgétaire ou encore la mise en place d'un nouveau directeur général. Mais le plus gros point de la soirée concernait les taxes et redevances communales.

Comme il est prévu de le faire dans la première année de chaque nouvelle mandature, ce ne sont pas moins de 57 taxes et redevances qui ont été votées ou revotées ce lundi soir. La commune étant toujours sous CRAC (Centre Régional d'Aide aux Communes), elle doit en effet rendre des comptes sur ces points à la tutelle régionale avant le 15 novembre. "Notre philosophie est de prôner une fiscalité plus juste par rapport aux citoyens et de vérifier le coût net de la taxation", explique le bourgmestre Maxime Daye.

Hormis quelques petites taxes en matière d'environnement ou d'urbanisme qui ont été augmentées, tous les taux ont été gelés pour la période 2020-2025, en s'adaptant aux recommandations de la tutelle. Parmi ces taxes et redevances gelées, on retrouve celles sur l’impôt des personnes physiques (IPP), le précompte immobilier, les égouts et les déchets. "Dans la déclaration de politique communale, nous avons écrit que nous voulions baisser la fiscalité durant cette mandature mais que cela ne pourrait se faire que si tous les voyants financiers sont au vert."

Dans cette optique, une réflexion est donc dès à présent initiée sur la taxe égouts afin de la diminuer voire même de la supprimer. "En matière de déchets, nous voulons aussi faire baisser le coût vérité et donc la pression fiscale. Nous y travaillerons dans les prochains mois et les prochaines années. Avec l’IPP et le précompte immobilier, ce sont les deux taxes qui touchent le plus le portefeuille des Brainois", rappelle Maxime Daye.

Quatre taxes ont enfin été totalement supprimées : celles sur les campings, sur la distribution de tracts sur la voie publique, sur les phones shops (il n’y en a plus sur l’entité) et enfin la taxe sur les terrains non-bâtis.