Centre Hainaut Vigilance profite de la mise en place de la rue scolaire dès ce lundi.

Coup d'envoi ce lundi de la semaine de la mobilité un peu partout en Belgique. L'occasion de se mobiliser à travers différentes actions pour démontrer les avantages des modes de déplacement alternatifs à la voiture individuelle comme la marche, le vélo, le covoiturage et les transports en commun. Ce sera le cas à Braine-le-Comte.

L'école Notre-Dame testera le concept de rue scolaire durant toute la semaine. Les accès à la rue Père Damien seront donc fermés (sauf pour les riverains) aux heures de rentrée et sortie des classes, à savoir durant une heure le matin et une heure l'après-midi, soit 8h-9h, 15h-16h (11h30-12h30 le mercredi).

Pour faire d'une pierre deux coups, le service mobilité de la commune a décidé d'analyser l'air extérieur de la rue concernée. "La circulation des véhicules crée inévitablement pas mal de pollution dans l'air",explique Anne Salmon, responsable du service mobilité. "Pour se rendre compte de l'étendue de cette pollution, nous avons demandé à Hainaut Vigilance de disposer des capteurs dans la rue Père Damien. Ils seront activés à chaque fois que la rue sera fermée."

Ces capteurs donneront des informations sur la quantité de polluants présents dans la rue quand aucune voiture ne circule. Ces résultats seront ensuite comparés à une situation habituelle. "La semaine suivante, nous analyserons la même rue aux mêmes horaires et dans des conditions climatique similaires lorsque les voitures circuleront à nouveau. Cela nous permettra de déterminer la quantité de pollution qui peut être évitée."

Dans la rue des Viviers, où se situe l'autre entrée de l'école Notre-Dame, des capteurs seront actifs durant toute la semaine. "Nous craignons qu'il y ait un report de la circulation vers cette rue. Il faut pouvoir obtenir des résultats complets sur les impacts d'une rue scolaire. Nous allons donc aussi analyser la pollution la semaine suivante à cet endroit pour voir si, globalement, la pollution diminue ou non aux abords de l'école."

Une fois les résultats de ce test grandeur nature analysés, la commune pourrait envisager la mise en place du concept de rue scolaire de manière permanente. "C'est une éventualité mais nous devons d'abord étudier complètement ce système avant de pouvoir le faire."

En mars 2018, Greenpeace a publié un rapport sur la qualité de l’air dans les écoles belges. Pendant quatre semaines, 222 écoles belges ont mesuré les concentrations en dioxyde d’azote dans les rues. Pour 59% des écoles testées, l’air était de qualité mauvaise ou médiocre tandis que 2% des écoles ont atteint des niveaux supérieurs à la limite légale. Le concept des rues scolaires a donc été proposé comme solution. La Chambre a d’ailleurs adopté une proposition de loi qui autorise les rues scolaires.