Une réouverture ne sera pas possible avant au minimum la mi-janvier.

La fin d’année ne sera pas rose pour Benjamin Place et Tiziana Milioto. Alors que le couple s’apprêtait à célébrer les deux ans d’ouverture du Galaxy Jump, les voilà plongés dans le nettoyage et les travaux. En cause, un incendie qui s’est déclaré dans la réserve du bâtiment et qui a provoqué d’importants dégâts.

De la réserve, il ne reste pas grand-chose. Quant à la zone réservée à proprement dit aux trampolines, elle est couverte de suie. "On ne connait pas avec exactitude la cause de l’incendie, c’est probablement lié à un appareil", explique Tiziana Milioto. "La structure même du bâtiment n’est pas touchée, nous avons donc un peu de chance dans notre malheur. Mais tout est contaminé par la suie."

Cette semaine, les entreprises spécialisées seront déjà à pied d’œuvre pour en venir à bout. "Elles sont plutôt confiantes sur le fait que beaucoup de choses pourront être récupérées. De notre côté, nous ne prendrons bien sûr aucun risque : ce qui est trop abimé, trop contaminé sera remplacé. Nous sommes déjà sur le point de passer des commandes. Les journées sont bien chargées, nous ne restons pas les bras croisés."

Malgré ce dynamisme, le complexe sportif et de loisirs gardera ses portes fermées au minimum quelques semaines. "La fermeture devrait être effective au moins jusqu’à la mi-janvier. Mais nous aurons une idée plus précise des délais nécessaires à chaque corps de métier à la fin du mois et y verrons donc un peu plus clair. Nous espérons n’avoir aucune mauvaise surprise."

Pour le couple, il s’agit en effet d’un coup dur. "C’est une perte sèche pour nous. La période de fin d’année est toujours très chargée pour nous et nous avons dû tout annuler : la Saint-Nicolas, la célébration des deux ans du complexe, des anniversaires, la visite d’écoles,… Nous nous sommes lancés dans cette aventure à deux, nous ne sommes pas franchisés et n’avons donc pas de grosse entreprise derrière nous. Nous avons investi beaucoup d'énergie dans ce projet et étions encore occupés à réaménager certains espaces..."

Malgré cette mésaventure, les gérants tentent de garder le moral et croisent les doigts pour que très rapidement, les clients puissent à nouveau venir jumper.