Un subside vient d'être octroyé par la Région wallonne.

Treize kilomètres d'une ligne de chemin de fer désaffectée séparent actuellement Braine-le-Comte d'Enghien, en passant par Rebecq. Le sentier est théoriquement accessible à pied et à vélo mais il faut se retrousser les manches pour avancer sans se mouiller les pieds dans des flaques, s'embourber dans la boue ou trébucher sur une pierre au milieu de la végétation luxuriante. Heureusement, cette situation ne sera bientôt plus qu'une histoire ancienne. Un RAVeL digne de ce nom va voir le jour.

Un budget de 225 000 euros vient d'être débloqué pour aménager un premier tronçon d'1,7 kilomètre à Braine-le-Comte, entre la N6 et le hameau Favarge. "Nous avons répondu à un appel à projets du ministre Carlo Di Antonio il y a deux mois", explique Leandre Huart (Braine), échevin de la mobilité. "Et il se fait que nous sommes repris pour obtenir un subside de 180 000 euros auquel nous ajoutons 45 000 euros de part communale."

© DR

L'octroi du subside requiert la réalisation des travaux endéans les trois prochaines années. "Dès que le subside sera à notre disposition, nous ferons appel à un bureau d'étude pour lancer le projet. Nous espérons commencer les travaux le plus rapidement possible. Cela permettra de disposer d'une offre touristique sur ce tronçon et de favoriser les déplacements quotidiens entre Braine-le-Comte, Rebecq et Enghien. Mais aussi entre Braine et Steenkerque ou Petit-Roeulx."

Dans le plan RAVeL 2017-2024, il a aussi été décidé qu'un nouveau subside d'1 million d'euros sera affecté à cette ligne 123 en 2022. L'objectif sera de poursuivre l'aménagement du tronçon vers Enghien. La somme sera répartie entre les trois communes concernées.