Centre

Un parking de 500 places doit être construit mais un conflit a freiné le dossier.

Les futures 500 places de stationnement en bordure de la gare de Braine-le-Comte se font attendre. Le projet est bloqué depuis désormais quatre mois, lorsque Infrabel a introduit une demande d’annulation du permis accordé par la Région wallonne à Re-Vive, le promoteur de l’écoquartier qui sera construit derrière la gare.

Le problème se situe au niveau de la voirie d’accès au futur lotissement qui doit être érigée pour relier l’arrière de la gare à l’éco-quartier. Mais cette voirie en croisera une autre sur un terrain appartenant à Infrabel et menant à l’un de ses centres techniques et logistiques.

Depuis lors, la Ville de Braine se creuse les méninges pour tenter de résoudre ce conflit. "Si Infrabel a fait ce recours au Conseil d’Etat, c’était pour tirer une sonnette d’alarme par rapport à une situation jugée difficile", commente le bourgmestre Maxime Daye (MR). "Mais il y a énormément de contacts multilatéraux qui se font depuis plusieurs semaines. La Ville de Braine joue un rôle de médiatrice. Nous essayons de concilier les positions."

Une solution pourrait toutefois se dégager prochainement. "Nous essayons de trouver des alternatives qui ne mettraient pas à mal le projet et qui ne freineraient pas non plus le calendrier. On pourrait par exemple songer à une modification du tracé de la route principale du lotissement Re-Vive. Ce qui préserverait la quiétude du centre technique et logistique d’Infrabel qui se trouve juste à côté."

Cette réflexion n’est pas encore aboutie. D’autres réunions, avec Infrabel et le promoteur de l’éco-quartier, sont prévues au mois de janvier. "Nous essayons d’arriver le plus rapidement possible à une solution afin que le projet ne soit pas handicapé de cela. Mais pour le moment, rien n’est remis en cause", ponctue Maxime Daye.