Centre Une motion a été votée lors du dernier conseil communal.

Comme Soignies, Ecaussinnes, Mons, Enghien ou Nivelles, la Ville de Braine-le-Comte veut obtenir le titre de Commune du commerce équitable. Une motion a été votée dans ce sens lors du dernier conseil communal. "Nous avions déjà voulu obtenir ce label en 2016 mais nous n'avions jamais réussi à réunir suffisamment de personnes pour constituer le comité de pilotage", explique l'échevine du développement économique Ludivine Papleux. "En mars dernier, le collectif Oxfam nous a interpellé au conseil communal pour relancer cette initiative. C'est ce que nous faisons désormais."

Un dossier va donc être constitué dans les prochains mois afin d'émettre une demande d'obtention de ce label. Cela se concrétisera via la mise en place d'un groupe de pilotage constitué de citoyens brainois motivés. "Nous cherchons d'ailleurs des volontaires pour intégrer ce groupe", poursuit l'échevine. "Nous remplirons tous les critères donc il n'y a pas de raison que nous n'obtenions pas le label."

Coordonné par Oxfam-Magasins du Monde, Miel Maya Honing et Fairtrade Belgium, ce titre honorifique est délivré à condition de respecter une série de plusieurs critères bien stricts. Le conseil communal doit d'abord voter une résolution en faveur du commerce équitable en engageant l’administration communale à consommer deux produits issus du commerce équitable : le café et un autre produit issu de pays du Sud.

Les commerces et Horeca doivent ensuite aussi s'y mettre. Ils devront proposer au moins deux produits du commerce équitable à leur clientèle et visibiliser leur participation à la campagne. Puis ce sont les écoles, entreprises et organisations qui devront embrayer. La Ville organisera la sensibilisation et informera son personnel, les acteurs locaux et les citoyens. 

Pour rappel, le commerce équitable se définit comme étant "une relation commerciale, basée sur le dialogue, la transparence et le respect, à la recherche d’une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue à un développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en sécurisant les droits des producteurs marginalisés dans le Sud."