On le sait, le dossier de la centrale TGV de Manage soulève des tensions entre politiques et habitants. L’annonce de l’octroi du premier permis, le 24 mars dernier pour la société Eneco n’a pas calmé la situation. Pour rappel, dans un communiqué, la société néerlandaise informait l’absence de décision des ministres Borsus et Tellier suite aux différents recours introduits contre le permis unique accordé en première instance. En effet, les deux ministres wallons n’étaient pas parvenus à s’accorder sur le dossier. La nouvelle avait eu l’effet d’une bombe auprès des autorités communales, et des habitants.

Ce dimanche, le comité des riverains contre le projet d’Eneco s’est dit indigné suite au désaccord de Céline Tellier et Willy Borsus. "Il apparaît que la non-signature viendrait de votre refus d’entériner la recommandation du SPW alors que M. le Ministre Borsus était d’accord d’accepter les recours", déclare le représentant, Félix Warny. "Je me permets de vous rappeler qu’Eneco (Bali Wind) est une société privée, et qu’à ce titre, son but premier en construisant une telle centrale, est de faire du profit. Et si c’est en vendant de l’électricité, le plus possible et le plus cher possible à frais minimum, tant mieux.Dites-leur de vendre leur électricité à perte, et vous verrez s’ils veulent une centrale !"

Au total, ce ne sont pas moins de 23 000 Manageois, 11 000 Seneffois et 500 riverains d’une pétition, en plus des deux communes, qui avaient manifesté leur crainte relative à cette centrale. Pour rappel, la centrale sera alimentée dans les premières années par du gaz naturel, en tant que combustible. Le projet sera ensuite construit de manière à pouvoir passer à l'hydrogène vert à moyen terme, dès que la production durable de ce combustible et les possibilités de stockage et transport seront suffisantes.

Selon Eneco, le projet répond aux demandes du gouvernement fédéral pour la construction de nouvelles centrales, en vue de la sortie du nucléaire. Mais les habitants impactés ne le voient pas du même œil. "Vous optez donc pour favoriser une société privée au détriment de la population, et ce à l’encontre de la recommandation du SPW Wallon", ajoute Félix Warny dans ce mail. "Ce n’est pas ce que la population est en droit d’attendre d’une de ses représentantes élues. Je note aussi qu’en tant que ministre de l’environnement, vous êtes aussi responsable du bien-être animal. Il est clair que le bien être humain ne fait pas partie de vos attributions."

Du côté de la ministre Tellier, une réponse commune aux interrogations par rapport au dossier sera donnée au parlement wallon, ce mardi matin. Elle ne souhaite pas s'exprimer avant le début des séances.