La majorité des citoyens respectent les mesures mais quelques-uns ne semblent toujours pas avoir compris le message.

Le retour des beaux jours était attendu avec beaucoup d’impatience. Il faudra pourtant prendre son mal en patience avant d’en profiter librement. La police maintien sa vigilance et multiplie les contrôles afin de s’assurer du bon respect des règles de confinement édictées pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Ce week-end encore, des citoyens ont dû être rappelés à l’ordre et quelques PV ont dû être dressés.

Dans la région du Centre, les citoyens ont globalement bien respecté les mesures mais force est de constater que certaines tentent toujours de passer entre les mailles du filet, mettant ainsi leur santé et celle de leurs proches en danger. La zone de police de Mariemont a par exemple dû rédiger 22 PV entre vendredi 7 heures du matin et ce lundi, 7 heures du matin. 22 PV de trop alors que le message, "restez chez vous", est martelé en boucle.

Même constat du côté de la police locale de La Louvière, où ce ne sont pas moins de 60 PV qui ont dû être dressés, soit 14 vendredi, 20 samedi et 26 dimanche, journée la plus ensoleillée. "Dans l’ensemble, les citoyens se plient aux règles de confinement mais nous devons encore malgré tout verbaliser des automobilistes qui se déplacent sans raison justifiée ou pour des groupements de personnes."

La police louviéroise a pu compter sur l’appui d’un drone et de cavaliers afin d’assurer la surveillance des lieux sensibles, par exemple les étangs de Strépy, officiellement fermés au public sur décision du bourgmestre. La zone de police de la Haute Senne a elle aussi pu compter sur la cavalerie pour la surveillance du Bois de la Houssière. Sur l’ensemble du week-end, ce sont 25 PV qui ont été dressés. Un chiffre qui reste évidemment trop élevé mais la zone confie qu’elle s’attendait à plus, compte tenu des très bonnes conditions climatiques.

La tentation de sortir et de se regrouper en famille ou entre amis est évidemment grande. Mais on rappellera que l’épidémie n’est pas derrière nous et que les efforts ne peuvent donc être relâchés maintenant. Pour le bien de tous, les mesures prises jusqu’ici doivent donc être respectées.