Fondée il y a à peine deux mois, l’association Paco Cat’s & Co ne manque de travail. Ce sont en effet quelque 260 animaux qui ont déjà été pris en charge par les bénévoles et, pour la plupart, remis à l’adoption. Du moins, si leur état de santé le permettait. Car la vie de chat sauvage, notamment, n’a rien d’enviable et certains chatons arrivent dans un triste état qui ne permet pas toujours une remise sur patte.

"Le téléphone n’arrête pas de sonner, les demandes de prises en charge et d’urgences sont extrêmement nombreuses. La liste d’attente s’allonge de jour en jour", confirme Maud Francus, secrétaire de l’association. "Nous sommes actifs dans une région qui, ne nous en cachons pas, n’est pas forcément riche. À la misère humaine s’ajoute la misère animale. Les quelques plans de stérilisation développés dans les communes ne suffisent pas à éviter la reproduction et les morts."

L’association travaille exclusivement avec des familles d’accueil. Mais la sensibilisation du grand public à la nécessité de la reproduction reste indispensable. "Nos familles d’accueil sont fabuleuses, elles accueillent plusieurs portées. Mais pour pouvoir répondre à la demande, il nous en faut davantage." Seules quelques conditions doivent être remplies pour avoir la possibilité de vivre cette belle aventure.

C’est-à-dire : avoir une pièce isolée pour les chats et chatons, avoir ses propres animaux en ordre de vaccination, accueillir les futurs adoptants au domicile et résider à 20 minutes maximum du vétérinaire attitré. Les frais de vétérinaire, le matériel et la nourriture des animaux sont pris en charge par l’association. Reste donc à offrir beaucoup d’amour aux animaux accueillis et être prêts à leur consacrer du temps et des soins.

"Nous ne fonctionnons que sur base de dons et grâce aux choses que nous vendons, par exemple des stylos-billes ou des cakes… Ce n’est donc pas un milieu évident. La crise nous empêche également d’organiser des événements ou des récoltes dans les magasins qui nous permettraient pourtant de faire rentrer un peu d’argent. Nous comptons donc sur les adoptions. Nous en sommes, à ce jour, à une trentaine environ."

L’association Paco est active dans la région du Centre et de Charleroi (Charleroi, Fontaine l’Évêque, Binche, Carnières, Anderlues, La Louvière, Soignies). Les familles d’accueil sont donc recherchées dans ces alentours.