La crise sanitaire n’aura pas eu raison du secteur immobilier. En effet, ce dernier se porte plutôt bien et ce malgré les deux mois d’arrêt qu’il a connu. Les mesures d’aide prises par le gouvernement sont en partie responsable de ce bon état de santé. La balance entre le peu d’offres et l’importante demande en matière de biens immobiliers explique également cela.

Le prix médian des maisons dans l’arrondissement de La Louvière est en hausse de 7.1% par rapport à l’année dernière. L’augmentation la plus importante se passe à Estinnes où elle est de 58.2%. Cependant ce chiffre est à relativiser puisqu’en 2019, le prix des maisons estinnoises avait grandement diminué.

Dans l’arrondissement de Soignies, les chiffres restent semblables à ceux de 2019. A noter qu’Ecaussinnes et Braine-Le-Comte font, comme à leur habitude, figure de bons élèves de la région avec une augmentation respective de 9.8% et 8.5%.

En ce qui concerne le marché des appartements, le prix médian de ces biens est en très légère baisse à La Louvière s’expliquant en partie par une faible proportion d’appartements avec balcon ou terrasse, fort prisés des acheteurs. Rien d’alarmant cependant.

A Soignies et Braine-Le-Comte, les chiffres sont en hausse de 12%. Ces deux villes sont des fiefs de promotions immobilières expliquant cette importante augmentation ; les bâtiments sont neufs et donc plus couteux.

A noter également que le prix des garages et des terrains à bâtir reste stable et que les ventes en ligne "Biddit" sont de plus en plus nombreuses. Les perspectives générales pour l’année prochaine sont assez bonnes puisqu’elles devraient suivre la voie de cette année. Les décisions gouvernementales seront tout de même à surveiller.