Dans le cadre de son programme de restauration des ouvrages d’art situés sur le Canal du Centre historique, le service public de Wallonie (SPW) avait procédé, en décembre 2017, à l’enlèvement de la passerelle piétonne qui surplombait le canal, à hauteur de la rue Joséphine Joos Lambert à Strépy-Bracquegnies. Il faudra finalement attendre 2021 pour que cette dernière soit totalement réinstallée.

En effet, le parcours a été jalonné d’obstacles. Plus d’un an et demi après la dépose de la passerelle, la ville de La Louvière était informée que la société chargée de procéder au chantier avait déposé le bilan. En janvier dernier, le retour de la structure était permis sur un quai du canal du Centre. “Un marché a été relancé et un adjudicataire a remis prix”, explique Stéphane Vercruysse, ingénieur pour le SPW.

“Le dossier est en cours d’analyse auprès de l’inspecteur des finances. Nous ne pouvons dès lors pas préjuger des décisions qui seront prises. Mais si le feu vert venait à être donné, nous pourrions nous risquer à envisager une reprise du chantier début 2021. Cela peut paraître long mais nous sommes tenus à des procédures lourdes, à des décisions qui se prennent notamment selon des impératifs budgétaires.”

La passerelle est stockée, depuis janvier dernier, à proximité des lieux. “Nous savions qu’elle resterait un stockage un certain temps, nous avons donc pris les précautions d’usage pour la protéger des dégradations et éventuels faits de vandalisme.”Bref, les travaux de rénovation de cette passerelle datant des années 1930 touchent enfin à leur fin. Un mal nécessaire puisque la structure métallique de plus de 30 tonnes présentait d’importants signes d’affaiblissement dus à la corrosion.

Jusqu’en 2002 et la disparition de la navigation marchande, cette passerelle permettait aux piétons de passer d’un côté à l’autre lorsque le pont-levis était actionné. Pour des raisons de sécurité, elle était fermée depuis 2012.C’est donc essentiellement pour des raisons patrimoniales et pour lui garantir sa pérennité que cette restauration avait été demandée par le SPW.