En décembre dernier, les autorités chapelloises avaient décidé d'octroyer une aide complémentaire pour l’activité économique locale, en accordant un chèque de 25 euros à chaque ménage. Avec un peu de retard, ils avaient finalement été mis en vente, entraînant un délai relativement court pour les dépenser. C’est pourquoi le collège communal avait opté pour le report de la date butoir. Le conseil avait dès lors approuvé la modification du règlement des taxes, lors de leur rassemblement mensuel. Seul ce règlement empêchait une prolongation de la validité des bons .

Une communication avait été publiée pour annoncer la proposition du collège, durant le mois dé février. Mais voilà, depuis, certains habitants et commerçants attendaient visiblement une annonce plus officielle. "J’avais effectivement vu la première publication sur Facebook, qui annonçait un vote au conseil à ce propos", explique l’un des petits commerçants. "Ensuite, on a été dans le flou. Donc j’ai préféré ne pas les prendre pour ne pas avoir de trou ensuite dans ma caisse." La confusion a, en effet, entraîné le refus de chèques dans plusieurs commerces locaux, qui se sont manifestés récemment.

Au courant du problème, la commune parle d’une mauvaise compréhension. "Nous pensions que cet avis sur la page Facebook toucherait un maximum de gens", commente Luigi Chianta. "Nous avons tout de même envoyé nos stewards chez les commerçants pour les prévenir. Nous sommes toujours en contact avec eux. Tout a été fait dans les règles."

L’échevin en charge du commerce précise que le quiproquo ne concerne qu’une minorité des Tchats. "80% des chèques sont bien rentrés", ajoute Luigi Chianta. "Les résultats sont très positifs, puisque nous estimons que nous atteindrons un bon quota d’ici la fin de la prolongation." Les chèques sont bel et bien valides pour les habitants de l’entité jusqu'au 30 avril. Les établissements, eux, auront le droit de déposer ces chèques jusqu'au 15 mai, ce qui leur laisse un délai de 15 jours après le terme de la validité. "S’il y a des retards de quelques jours, la commune acceptera évidemment de les recevoir. C’est avant tout une aide pour le pouvoir d’achat de nos citoyens et pour l’économie de notre commerce local."