Centre

La veille, Isabelle Rectem avait été assassinée par son ex-compagnon, lors d'une fête des voisins organisée à la rue des Bleuets.

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné lundi après-midi F. R., 52 ans, à 15 mois de prison ferme. Le quinquagénaire était poursuivi pour avoir menacé son ex-compagne, le 6 juillet dernier. F. R. est suspecté de s'être rendu devant le domicile de son ex-compagne à Chapelle-lez-Herlaimont, et de l'avoir menacée de "lui faire ce qui s'est passé à la rue des Bleuets." La veille, Isabelle Rectem avait été assassinée par son ex-compagnon, lors d'une fête des voisins organisée à la rue des Bleuets.

Le quinquagénaire nie avoir menacé son ex-compagne. Libéré sous mesures alternatives le 19 février dernier, F. R. n'avait pas respecté une de ces mesures en entrant en contact avec son ex-compagne le jour des faits. "Elle était en détresse, car elle n'avait plus d'argent et il fallait absolument des couches pour notre fille", expliquait-il. Mais son propre fils et un autre ex-compagnon à la victime, qui venaient chercher ses enfants au même moment, déclaraient avoir été témoins de propos prononcés sous le coup de la colère.

Le ministère public en a eu marre de l'attitude du prévenu, qui changeait encore de version. "Il signalait au départ ne pas être passé dans la rue avant de reconnaître s'être arrêté devant le domicile de son ex." En se basant sur les témoignages des deux témoins, la substitute considère la prévention établie. Une peine de prison était requise, avec un sursis probatoire pour notamment ne plus entrer en contact avec la victime.

Me Margaux Allatta, avocate du prévenu, plaidait l'acquittement. Selon la défense, il ne fallait pas se baser sur les témoignages recueillis. "L'ex-compagnon signale toujours être amoureux de la victime et il est possible qu'il aille dans son sens afin de la reconquérir. La victime, dans son audition, part vraiment dans tous les sens."