Un accord a été trouvé avec la direction du CHU Tivoli alors que la menace d'une nouvelle grève pesait sur les urgences.

Le climat social est apaisé aux urgences du CHU Tivoli à La Louvière. La CNE a indiqué jeudi en fin de journée qu'un accord avait été trouvé avec la direction, qui a mis sur la table une nouvelle proposition pour répondre aux revendications du personnel infirmier des urgences. 

"Nous avons la garantie du fonctionnement aux urgences sur base de 7 infirmiers le matin, 7 l'après-midi et 4 la nuit", détaille Julie Coumont (CNE). "La direction s'est engagée à faire fonctionner ce système. De plus, un renfort de l'équipe mobile est prévu en fonction des besoins, après analyse en début de nuit et à 23 heures ainsi qu'en cas de demande de renfort urgent. Une deuxième avancée consiste en l'ajout d'un poste d'aide-soignant pendant 12 heures, au moment adéquat indiqué par le personnel des urgences." 

On peut donc dire que la situation est débloquée pour l'heure et que l'action de grève prévue ce vendredi n'est pas maintenue. "Ce principe de travail est d'application dès le 27 janvier jusqu'au 1er mars, ce qui soulage directement le service des urgences et ce qui laisse le temps d'analyser les besoins en personnel et de mettre en place notre cahier de revendications." 

Plus tôt dans la semaine, le Setca-Centre avait annoncé que la direction du CHU "acceptait de lancer une procédure de recrutement au poste d'infirmier afin de renforcer l'équipe mobile". Les affiliés de la CNE ont organisé une journée de grève lundi pour manifester leur mécontentement quant au manque d'effectif et à la pression accrue de travail au service des urgences de l'hôpital louviérois.