Les quatre têtes de liste se mouillent.

C’est la dernière ligne droite pour les partis lancés dans la campagne électorale. Ce dimanche, tous les candidats seront fixés sur leur sort : ils sauront si oui ou non, ils sont parvenus à convaincre l’électeur. Si le choix des urnes sera irréfutable, certains partis entameront les discussions pour former une majorité. Alors, avec quel parti se verraient-ils négocier, avec quel programme ont-il des affinités ?

Marceau Mairesse (M+) se verrait bien avec l'actuel parti majoritaire, le PS. "Nous pourrions nous allier avec le PS mais avec un solide accord sur la façon de gérer la commune", confie-t-il. "Cependant, nous n’avons d’exclusive envers aucune liste démocratique : les programmes tant du MR que de 100% Citoyen sont très proches du nôtre. De plus, nous avons collaboré efficacement durant les six dernières années, aussi bien avec les représentants du MR qu’avec ceux de 100% Citoyen qui formaient M+ avec nous."

Les socialistes, actuellement en majorité absolue, sont également très ouverts même s'ils donneraient peut-être un léger avantage au MR. "Lorsque l'on analyse les programmes des autres listes, on constate qu'il n'y a pas de grandes oppositions ou de divergences par rapport à nos idées", assure le bourgmestre Christian Moureau (PS). "Pour former une majorité, il faudrait plutôt regarder les personnalités de ces trois listes. A l'heure actuelle, il y a un à priori assez positif parce que nous savons déjà que nous pouvons collaborer avec le MR puisque nous l'avons fait par le passé. Mais nous n'avons pas d'exclusive envers les autres listes."

L'attirance de Michel Kowarik et du MR pourrait être réciproque envers le PS. "Si par bonheur les électrices et électeurs nous témoignent leur confiance, nous aimerions rejoindre une équipe compétente et d'expérience", signale la tête de liste MR. "En aucun cas nous souhaitons être associés à des opportunistes qui, pour attirer les suffrages, retournent leur veste à la moindre difficulté. Tout comme il ne nous sera pas possible de nous associer à des partis extrémistes."

Salvatore Chiavetta et 100% Citoyen ne préfèrent quant à eux pas se dévoiler. "Avant d'entrer dans une majorité, il faut se demander quelles sont les raisons qui feraient que nous y entrions. Si nous devions entrer dans une majorité, nous souhaiterions être écoutés et entendus. Trop souvent, certains dossiers se sont transformés en échec alors qu'en faisant preuve de bon sens et d'ouverture nous aurions pu aider et collaborer. L'important sera les hommes et les femmes qui constitueront cette majorité et leur profonde volonté de rendre à notre commune son lustre d'antan et de faire en sorte que Morlanwelz soit une commune où il fait bon vivre."