À l’issue des élections communales de ce 14 octobre dernier, ce sont 36 réclamations qui ont été déposées en Wallonie, dont 18 en province de Hainaut. Les communes de Chapelle-lez-Herlaimont, Charleroi (4), Erquelinnes (2), Châtelet (2), Mont-de-l’Enclus, Anderlues, Écaussinnes, Fleurus, Pont-à-Celles, Quaregnon, La Louvière (2) et Brugelette sont concernées.

Dans la Cité des Loups, deux candidats MR-IC ont introduit réclamation. À Chapelle, il s'agit de l'actuel échevin socialiste Alain Jacobeus. Du côté d’Écaussinnes, il s’agit de Sébastien Deschamps. Ce dernier avait en effet introduit in extremis une réclamation pour demander un recomptage des votes effectués dans la cité de l’Amour. Recomptage également souhaité par des citoyens auprès desquels la reconduction d’une coalition arc-en-ciel était mal passée.

« Nous avons eu vent d’irrégularités lors du dépouillement des bulletins de vote. Il y aurait eu des tensions assez vives dans un bureau où la présidente aurait même renvoyé un assesseur au cours du comptage. Dans un autre bureau, on parle de 30 bulletins de trop par rapport aux convocations. Je pense que ça mérite clarification », avait-il déclaré dans nos colonnes fin octobre.

Concrètement, les candidats disposaient de dix jours pour introduire sa réclamation auprès du gouverneur de province, désormais compétent en matière d’élections communales. Ce dernier dispose désormais d’un délai de 30 jours pour statuer. « L’instruction des dossiers, dans un premier, consiste en un examen de la recevabilité des demandes au regard des dispositions du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation », explique-t-on du côté de la Province.

Dans un second temps, l’instruction se situe sur le fond, au regard de la répartition des sièges par l’analyse des documents électoraux (PV des bureaux de vote, de dépouillement et de recensement) et la vérification des différents totaux afin de vérifier la fiabilité des résultats. « Le cas échéant, il est possible de procéder à des auditions de toute personne permettant d’éclairer les faits sur lesquels portent. »

Si le doute devait subsister, un recomptage serait organisé. « Il est à noter que les élections communales ne peuvent être annulées que pour cause d’irrégularité susceptible d’influence la répartition des sièges entre les différentes listes. » D’ici là, les candidats ayant introduit réclamation prennent patience avant de connaitre la décision du gouverneur, Tommy Leclercq.