Son histoire avait suscité l’émoi. Le 2 décembre dernier, la SPA de La Louvière récupérait un chien maltraité au bord de la route. Baptisé Courage, l’animal avait été abandonné agonisant dans un fossé, en bord de route. Sans aucun doute privé de nourriture depuis longtemps, ce dernier avait les poils noués d’excréments et de paille et était infesté de puces. Autant écrire qu’aujourd’hui, la métamorphose est hallucinante.

© D.R.

Placé entre de bonnes mains, Courage a repris du poil de la bête. "Il a été confié à Nathalie, qui joue un rôle de famille d’accueil pour le refuge", explique Gaëtan Sgualdino, président de la SPA. "Il y restera jusqu’à la fin et ne sera donc pas placé à l’adoption. Concrètement, il est placé sous la responsabilité de la famille d’accueil mais reste propriété de la SPA, ce qui nous permet d’assurer son suivi, notamment vétérinaire, d'épauler la famille pour répondre à ses besoins car c'est un ogre qui mange énormément mais qui est aussi très sélectif, et de prendre les décisions qui s’imposent."

Car si le vieux chien retrouve une seconde jeunesse, l’âge (environ huit ans) et une tumeur située au niveau de la rate font malheureusement leurs œuvres. "Des bilans sanguins sont régulièrement effectués pour suivre l’évolution de son état. Ils sont globalement bons, pour l’instant, mais nous savons qu’avec une tumeur comme celle-ci, tout peut rapidement changer. Nous aimerions opter pour une opération mais les résultats ne sont pas garantis et son état ne le permet pas encore. Il a repris du poids mais pas suffisamment et les courbes sont stabilisées."

Courage revient de très loin. "Ça aurait difficilement pu être pire. Lorsque nous l’avons récupéré, il ne pouvait même plus se lever. Aujourd’hui, il profite de balades régulières grâce à sa famille d’accueil. Il revit, d’une certaine façon. D’ailleurs, lorsqu’il part en balade, il fait des bonds, un peu comme un chiot pourrait le faire lorsqu'il est heureux." Le rescapé pourra donc couler des jours paisibles dans un foyer qui lui apportera tous les soins dont il a besoin, même si son état n’ira pas en s’améliorant.

"Disons qu’il ne se dégrade pas mais que nous restons conscients que ses jours sont comptés. Jusqu’ici, nous maintenons son état sous contrôle. Mais notre volonté est très claire : il n’y aura aucun acharnement. Nous lui offrirons tout le confort possible pour qu’il soit bien et ne souffre pas." Après quoi, au besoin, les équipes du refuge prendront les décisions qui s’imposent. "Il a déjà énormément souffert, nous ne voulons pas qu’il revive cela une seconde fois."

Reste donc au bouvier et à sa famille à profiter de ces précieux moments.