Depuis ce samedi, le port du masque obligatoire a été étendu dans de nombreux lieux, notamment à l'extérieur. Mais aussi plus spécifiquement dans certaines rues de certaines communes. Et la police était évidemment déjà omniprésente pour faire respecter ces nouvelles mesures. "Pour ce premier week-end, nous avons effectué des contrôles dans un marché, dans l'Horeca et dans le centre-ville", explique la police de La Louvière.

Dans l'ensemble, la population a été réceptive et n'a pas oublié son masque. Exemple à Chapelle-lez-Herlaimont où il faut désormais être masqué sur les deux places ainsi qu'au Clos du Chêne au Bois. "Nos équipes ont patrouillé là-bas sur place dès samedi et le port du masque est bien respecté dans l'ensemble. Nous n'avons donc pas encore dû faire de répression pour le moment", confie la zone de police de Mariemont.

Mais la police agira si besoin. "Nous privilégions toujours le dialogue mais nous n'hésiterons pas à mettre des amendes (NdlR : 250 euros pour les clients de magasins ou les passants, 750 euros pour les tenanciers) si besoin parce que nous estimons que tout le monde est désormais au courant des mesures", prévient la police louviéroise.

Ce sera le cas pour les mesures en rue mais aussi à l'intérieur des établissements concernés par un port obligatoire, notamment l'Horeca. "Nous avons effectué des prises de contact avec le secteur Horeca durant tout le week-end. Et la majorité des tenanciers avait déjà pris les devants en affichant les mesures à respecter", précise la police de Mariemont.

"Les bourgmestres n'hésiteront pas à faire fermer des établissements"

"De notre côté, nous avons déjà fait des vérifications strictes dans les débits de boissons et l'Horeca en contrôlant le port du masque et le respect des distances", nuance Bernard Bastien, chef de corps de la zone de police de la Haute Senne. "Ce sont des mesures qui ont pu être mises en place directement. Nous sommes en revanche pour le moment plus conciliants pour la mise en place du registre des coordonnées car tous n'avaient pas encore le bon formulaire."

Dans les prochaines semaines, les policiers viseront donc aussi spécifiquement l'Horeca avec des contrôles aléatoires. "Lorsqu'on entre dans un café par exemple, on vérifie directement si des gens sont au comptoir, si ceux qui sont debout portent bien un masque. Pour ces aspects, on en appelle vraiment à la responsabilité du secteur. Nous verbaliserons en tout cas les cafetiers qui ne respectent pas les règles et les bourgmestres n'hésiteront probablement pas non plus à faire fermer les établissements problématiques."

Au sein des différentes zones, ces nouvelles missions ont forcément un impact sur l'ensemble des services. La zone de la Haute Senne a par exemple organisé des équipes spécifiques de contrôle, commune par commune. "Nous devons mobiliser une capacité importante du personnel pour l'orienter vers ce type d'action. Inévitablement, certaines autres missions seront mises de côté provisoirement", conclut Bernard Bastien qui, à l'instar de ses autres collègues, se prépare aussi à s'adapter à d'éventuelles nouvelles mesures qui tomberont prochainement.