Centre Le ramassage de ces déchets est devenu une tâche quotidienne.

Comme Sisyphe remontait inlassablement sa pierre en haut d’une montagne d’où elle finissait par retomber, les services communaux d’Estinnes s’échinent à débarrasser le paysage de dépôts sauvages pour recommencer aussitôt. À tel point que les autorités locales tirent la sonnette d’alarme en diffusant un message de sensibilisation. Le ramassage des dépôts sauvages est en effet devenu une tâche quotidienne. Ce qui n’est pas sans poser quelques soucis…

Rappelant que le ramassage de ces déchets ne devrait pas peser sur les épaules des services communaux ni sur celles de quelques valeureux bénévoles amoureux de la nature, les autorités communales soulignent tout l’intérêt qu’il y a à ne pas jeter ses détritus dans la nature. "La saleté rend les gens malheureux", énumère la commune d’Estinnes. "Les déchets qui traînent ne sont pas recyclés, ces déchets peuvent blesser ou tuer des animaux et ces déchets polluent la planète."

Reste que le problème des dépôts sauvages est tenace, à Estinnes comme ailleurs. Se pose alors la question qui tue : que faire ? La commune d’Estinnes mise sur la coopération. "On est tous des alliés ! On ne saura donc résoudre ce problème qu’en coopérant", indique la commune d’Estinnes. "Mais en réalité, ce n’est pas à la commune de ramasser les déchets sur nos trottoirs. Dans le règlement de police des communes, il est écrit que chaque habitant doit garder son trottoir propre. Cela signifie qu’il faut déneiger en hiver, arracher ses mauvaises herbes, mais aussi ramasser les déchets sauvages."

Pour les déchets jetés au beau milieu de la nature, il faudra sans doute compter sur le civisme de chacun. Ce n’est pas gagné…