En moins d’un mois, les villages de Braine-le-Comte ont été touchés à trois reprises par de violents orages. Des cellules orageuses qui ont engendré de fortes pluies dévastatrices pour les cultures, les routes, mais surtout pour les habitants. Ce mardi, ce sont plus de 90l/m2 qui sont tombés en seulement quelques heures à Braine-le-Comte.

"Malgré un curage régulier des avaloirs de l’entité, les précipitations de ce mardi soir furent si intenses qu’il était impossible pour le système d’égouttage d’évacuer et d’absorber complètement la grande quantité d’eau tombée en un très court temps", explique la Ville. "Les avaloirs fonctionnent comme autant d’entonnoirs qui empêchent aussi de surcharger le pertuis et éviter que l’eau transitant sous la Ville ne remonte alors dans les caves." Grâce à la zone d’immersion temporaire jouxtant les bassins, et au travail des ouvriers communaux, le niveau d’eau des Etangs Martel a pu être maîtrisé. La Brainette, suite à un bouchon de branchages charriés par l’intensité de l’eau, est quant à elle sortie de son lit entre Braine-le-Comte et Petit-Roeulx-lez-Braine, inondant certains jardins.

À différents endroits, des fascines temporaires avec des ballots de paille ont été, et seront encore, placées en bordure de voirie, le long de terres agricoles. "Pas loin de 250 ballots de paille ont été commandés et depuis vendredi, sur toutes les zones impactées et recensées, nous sommes en train de placer des fascines", ajoute l’échevin des travaux, André-Paul Coppens. "L’idée n’est pas de stopper l’eau, car ce n’est pas possible avec ces quantités, mais d’éviter qu’elle soit chargée en boue."

Ces dispositifs sont installés notamment rue de la Choque, rue d’Enghien, route de Petit-Roeulx, rue du Pire, derrière la cité, et à Hennuyères. "Malgré ce qui pourrait être ressenti au vu de la quantité exceptionnelle de pluie tombée ce mardi, les fascines posées se sont révélées efficaces et ont pu retenir une grande quantité de boues du côté des champs. C’est pourquoi des aménagements en ce sens vont être poursuivis et renforcés ces prochains jours", précise la Ville.

Même si le caractère exceptionnel des précipitations de cette nuit est à rappeler, les autorités communales analysent encore ce matin la situation pour déterminer si d’autres aménagements peuvent être menés en matière de lutte contre les inondations. "Des chantiers sont d’ailleurs d’ores et déjà réalisés ou prévus en ce sens", déclare la Ville. "Des haies ont notamment été plantées, mais leur pousse ne permet pas encore des effets visibles. Une collaboration avec les agriculteurs locaux est également menée afin de pérenniser ces structures ou mettre en place d’autres aménagements durables, comme des bandes enherbées."

Plus ponctuellement cette fois, des examens complémentaires vont être réalisés afin de réparer certains dispositifs comme un fossé à recreuser et un pertuis endommagé sur la Senne. Au niveau des nouveaux appartements construits sur l’ancienne friche des Autobus Brainois, une zone de rétention d’eau a été imposée dans les charges d’urbanisme du projet. Cette zone est d’ailleurs déjà en partie réalisée et visible, mais pas encore entièrement terminée. Une nouvelle zone d’immersion temporaire est prévue prochainement au niveau du chemin de la Dîme à Hennuyères.

"Nos services ont été sur le terrain toute la nuit avec les services de secours, afin de venir en aide aux habitants sinistrés, nettoyer les rues et coulées de boue, poser des sacs de sable pour limiter les dégâts...", indique Maxime Daye, bourgmestre. "La Ville de Braine-le-Comte va d’ailleurs également entrer un dossier auprès de la Région wallonne, afin de faire reconnaitre les orages de ce mardi comme calamité naturelle publique, et permettre aux citoyens d’être mieux dédommagés."

Les autorités invitent donc toutes les personnes ayant subi des dommages à prendre contact avec la Ville, via les modalités pratiques qui seront renseignées sur le site de la Ville. Un plan d’action pour les sinistrés est donc en cours à Braine-le-Comte.