Elles font suite au dépôt de plainte d'une propriétaire qui avait fait abandon volontaire de ses animaux avant de se rétracter.

Il y a un mois, la SPA de La Louvière était contrainte, sur instruction du parquet, de rendre cinq chiens, dont trois chiots de cinq semaines environ, à leur ancienne propriétaire alors que tous avaient fait l’objet d’un abandon volontaire quelques jours plus tôt. La SPA était intervenue dans un domicile où ces animaux étaient livrés à eux-mêmes depuis plusieurs jours.

A l’époque déjà, le refuge s’était dit « écœuré » par une telle décision de la justice. Les choses sont allées plus loin encore puisque ce jeudi, une perquisition a été menée au sein de l’infrastructure. "Du matériel informatique et divers documents administratifs ont été saisis et seront analysés par les enquêteurs pour faire la lumière sur les agissements dénoncés", explique le parquet de Mons.

La propriétaire avait en effet déposé plainte après que la restitution de ses animaux lui ait été refusée. "Le document d’abandon volontaire au bénéfice de l’association dont la portée n’aurait pas été expliquée à la victime aurait été signé dans des conditions douteuses. Après vérification des conditions de vie des animaux par l’unité verte de la zone de police de La Louvière, ils ont été restitués à leur propriétaire dès lors qu’aucune trace de maltraitance ou de malnutrition n’a pu être constatée."

Le parquet précise encore "qu’aucun élément ne permet actuellement de mettre en cause les conditions d’accueil et les soins apportés aux animaux recueillis par la SPA » et rappelle que « les bénévoles des associations de protection des animaux ne peuvent se prévaloir d’aucun pouvoir de contrôle, de saisie ou de contraintes." Les personnes "ayant eu connaissance de faits similaires" sont invitées à se faire connaitre auprès de la zone de police locale.

Du côté de la SPA, c’est la consternation. On parle d'une perquisition difficile à comprendre et à vivre pour les bénévoles. "La spa est extrêmement triste et choquée de lire de telles appréciations à son égard et les conteste avec la plus forte énergie. Elle réservera ses explications à la Juge d’Instruction et déplore qu’un tel communiqué soit diffusé alors qu’elle n’a même pas encore été entendue", a-t-elle fait savoir par communiqué.