Jeudi, après un an de silence médiatique, le groupe Wilhelm&Co sortait du silence et tendait une dernière fois la main à la ville de La Louvière dans l’espoir de se remettre autour de la table afin de faire aboutir, enfin, le projet Strada. Mais entre les deux partenaires, rien ne va plus et par voie de communiqué, la ville annonçait son intention d’utiliser "tous les moyens utiles pour faire valoir ses droits devant les tribunaux compétents", et donc faire reconnaître la caducité du marché.

Cette procédure devant les tribunaux semble désormais inévitable. Pour Plus&Cdh, la ville prend le risque de foncer droit dans le mur. "Il faut revenir à la raison et que les esprits se calment. J’en appelle au sens des responsabilités et au retour à une gestion sereine de la ville", plaide Xavier Papier, conseiller communal, qui se dit "stupéfait" de la vitesse à laquelle le bourgmestre a répondu négativement à l’invitation de Wilco.

L’enjeu ne réside pas seulement dans le fait d’abandonner un projet dont les prémices remontent désormais à plus de dix ans. Ils sont aussi – et surtout – financiers. "Dans son affrontement avec Wilco, la Ville a déjà dépensé à ce jour plus de 200.000 € pour s’adjoindre les services du cabinet d’avocats Marc Uyttendaele. Tout cela alors que la procédure en justice n’a même pas encore débuté. Ça nous promet une note colossale. Et il faut encore ajouter à cela, par dizaines de milliers d’euros, ce que le PS dépense sur le dos des Louviérois en boite de communication de crise et en consultants comme Deloitte."

Pour l’Humaniste, il est temps de calmer le jeu. "La Ville doit se remettre autour de la table avec le promoteur désigné par le PS en 2008. Non pas pour réaliser le centre commercial mégalo envisagé initialement par la PS, mais pour construire un projet neuf qui corresponde aux attentes des Louviérois. Car dans cette course musclée aux tribunaux, les seuls gagnants seront les avocats. Le Bourgmestre et le PS n’assumeront pas les conséquences des jugements. Et ceux qui payeront les dizaines de millions sont déjà connus : ce sont les Louviérois."

Les inquiétudes sont légitimes et partagées par bon nombre de citoyens, qui craignent les répercussions de cet échec sur l’avenir de leur ville et les capacités financières de cette dernière. "Pouvons-nous laisser peser au-dessus de la tête des Louviérois une menace de plus de 60 millions d’euros ? Pouvons-nous accepter que ce champ de hautes herbes au cœur de La Louvière continue pendant des années et poursuive l’effet de désertification commerciale de notre Centre-Ville ?" L’opposition entend interpeller le ministre des pouvoirs locaux sur cette situation.

"Nous en appelons au ministre pour que ce dernier s’inquiète de la menace que fait peser sur l’avenir des Louviérois ce refus de la majorité PS-Ecolo de revenir autour de la table. Il n’est pas acceptable qu’elle puisse jouer aux dés dans un procès aux conséquences énormes alors que la ville est déjà au bord du gouffre financier, avec des taxes au maximum et un appauvrissement progressif de sa population. Par-delà l’autonomie communale, le Gouvernement wallon doit protéger l’avenir des ses concitoyens quand des politiques risquées le mettent en danger."

Le sujet Strada reviendra, sans surprise, sur la table du conseil communal de ce mardi soir. Les débats sont publics et à n’en pas douter, Plus&CDH ne sera pas le seul parti d’opposition à réclamer des comptes à la majorité.