"Il faut intensifier le combat contre les pirates de la route et coordonner nos efforts. Je prendrai contact rapidement avec mes homologues des autres régions ainsi qu'avec les ministres de la Justice et de l'Intérieur", a indiqué lundi la ministre wallonne en charge de la Sécurité routière, Valérie De Bue, au lendemain du drame qui a endeuillé le carnaval de Strépy-Bracquegnies. Aux petites heures dimanche matin, une voiture circulant à vive allure y a heurté un groupe de gilles et leurs proches, faisant 6 morts et 10 blessés graves. Au volant, Paolo, amateur de grosses voitures et de vitesse, à ses côtés, Nino, son cousin.


"Des devoirs d'enquête sont toujours en cours. Il est important que la justice puisse établir sereinement les circonstances de ce drame et les causes précises de cette catastrophe", a souligné la ministre régionale.
Néanmoins, si les causes exactes de la tragédie ne sont pas encore déterminées, "les réseaux sociaux des occupants de la voiture semblent montrer sans équivoque qu'ils ont des comportements extrêmement graves et déviants en matière de vitesse et de sécurité routière".
 
"Un travail contre les pirates de la route a déjà été effectué par le Fédéral. Un travail de prévention, de sensibilisation et d'éducation est également entrepris en région, mais il faut aller plus loin en renforçant et en coordonnant nos efforts", poursuit Valérie De Bue.
 
"Si la folie est difficilement gérable et si le risque zéro n'existe pas, ces pirates de la route doivent être empêchés de nuire", conclut-elle.