Selon l'avocat de Paolo F., Frank Discepoli, un élément important dans cette tragédie est le respect du code de la route des carnavaliers, rapportent nos confrères d'HLN. Le règlement a-t-il été respecté?

D'après le code de la route, les grands groupes doivent être accompagnés d’un encadrant portant un gilet fluorescent et doivent marcher sur le côté droit de la route. Or, d'après les images du passage de la foule juste avant l'impact (voir ci-dessus), les piétons étaient dispersés dans la rue.

À ça, le procureur général de Mons, Ignacio de la Serna répond. "Le groupe avait fait une demande et a été autorisé à se rendre dans la rue. Mais ils doivent suivre le règlement. Cette affaire fait maintenant l’objet d’une enquête plus approfondie.”

Cette question a eu le don d'énerver le cortège qui estime que le point essentiel de l'accident est du côté de la vitesse du chauffard. "C’est surtout la vitesse qui me semble être le problème”, a déclaré à Sudinfo le conseiller communal Antonio Gava, qui a survécu à l'accident tragique. “Si la limitation avait été respectée, je ne pense pas que nous serions dans cette situation. De plus, si nous avions été accompagnés par deux policiers, ils auraient été tués aussi.”