La direction promet qu'une réponse sera donnée dans les quinze prochains jours.

La gobeleterie Durobor de Soignies est actuellement à l'arrêt complet. Non pas à cause d'une nouvelle grève mais bien suite aux congés annuels des travailleurs. Seuls quelques ouvriers chargés de la maintenance travaillent sur place durant ces quelques jours de mise en veille. Pas de panique donc à ce niveau-là. Pour la situation plus générale de l'usine, l'inquiétude est en revanche de mise.

Les actionnaires de la gobeleterie, Herman Green Invest et la Sogepa (bras financier de la Wallonie), doivent absolument investir pour moderniser l'usine et garantir une qualité de production. Dans le cas contraire, l'entreprise pourrait aller à vers la faillite. L'investissement conjoint serait de 5,5 millions d'euros auquel doit s'ajouter un prêt bancaire de 10,5 millions. Or, les banques devaient donner leur décision le 21 décembre dernier quant à leur soutien au plan d'investissement.

Deux semaines plus tard, l'avis n'est toujours pas tombé. Il n'y a pas de fumée blanche pour l'avenir de la gobeleterie sonégienne. Le personnel commence à perdre patience. "Les travailleurs sont impatients", témoigne Joseph Bacileiri, délégué CSC. "Nous sommes tous dans l'attente. Parce que nous n'avons aucune nouvelle de la direction hormis le fait que les rendez-vous avec les banques en décembre avaient été positifs. Mais rien depuis lors."

Une éclaircie est toutefois attendue dans les prochains jours. "Selon la direction, une réponse des banques devrait arriver d'ici deux semaines", confie Stefano Fragapane, permanent FGTB.

Pour rappel, un accord entre la Sogepa et la direction a été signé pour un premier investissement de 16 millions d'euros dont une partie est soumise à ce fameux accord de prêt bancaire. Cette première phase a pour but de moderniser l'outil et de remettre Durobor dans une logique bénéficiaire. Une seconde phase d'investissements de 22 millions à l'horizon 2022-2023, qui est tenue au succès de la première, servirait à l'achat d'un nouveau four et la construction d'un nouvel hangar de stockage. "Mais il est clair que si les banques refusent le premier dossier, Durobor ira vers la faillite."