Centre

Les deux dossiers de reprise de l’usine ont été présentés à la Sogepa.

Ce vendredi après-midi, Frédéric Willems, patron du Tradyglass, rencontrait les représentants de la Sogepa (bras financier de la Wallonie et propriétaire des bâtiments) afin d’exposer son plan de reprise du site de Durobor. Son projet, estimé à 4 millions d’euros répartis sur 2019 et 2020, prévoit la reprise de l’atelier de décor ainsi que les locaux pour le stock.

L’objectif étant de créer deux lignes de décoration de verres et deux lignes de production de verres en polymère (plastique). Ce projet prévoit aussi l’engagement direct de dix personnes et d’au moins une quarantaine d’autres endéans les cinq prochaines années.

Mais l’entrepreneur sonégien ne désire plus maintenir le four historique de Durobor, qui sert à créer les verres en verre. “Je ne crois plus du tout en la production du verre sur le site de Durobor. Ce n’est plus du tout rentable”, nous expliquait-il dans notre édition de ce 16 mai. “L’objectif est de créer un site décoration de verres et bouteilles en verre ainsi que de production et décoration de verres polymère.”

L’autre candidat repreneur, qui souhaite rester anonyme, désire quant à lui garder le four. Son projet prévoit en effet de poursuivre la production de verres dans la lignée de ce qui se faisait chez Durobor. La Sogepa a rencontré cet investisseur à plusieurs reprises en début de semaine. Il a d’ailleurs été décidé de rallonger le délai du maintien de l’outil en vue d’une éventuelle reprise par ce candidat.

La balle est désormais dans le camp de la Sogepa qui devra peser le pour et le contre des deux projets proposés. En sachant que l’un est un Sonégien mais il ne compte plus sur le four. Tandis que l’autre proviendrait de l’étranger et souhaiterait maintenir une activité de verrerie.

Une annonce devrait être faite dans les prochains jours. “L’essentiel est de maintenir un maximum d’emplois”, estime de son côté Fabienne Winckel (PS), bourgmestre de Soignies. “Il y a un tel savoir-faire unique en Belgique qu’il faut à tout prix le garder. Nous sommes attentifs à ce qui se passe et restons en contact étroit avec les syndicats, la Sogepa et les travailleurs.”