Centre

L'assemblée générale a finalement abouti à un accord.

La tension était grande ce jeudi après-midi dans les travées de la gobeleterie Durobor. Une assemblée générale des travailleurs était organisée en urgence suite à une annonce choc de la direction. Mercredi, Herman Green a en effet décidé de procéder au licenciement immédiat de huit travailleurs. Et ce, dès ce vendredi.

Il était à craindre qu'un mouvement de grève soit décidé lors de cette assemblée générale. Ce qui aurait clairement mis en péril l'avenir de la gobeleterie sonégienne. "Cela aurait pu être synonyme de cessation d'activités parce que ça aurait mis un coup de frein vis-à-vis des banques qui n'ont déjà pas une grande confiance dans ces investissements", explique Rico Zara (CSC).

Finalement, seuls 70 travailleurs, soit la moitié des effectifs totaux, étaient présents à cette assemblée générale. Il a été demandé aux délégués syndicats de négocier une prime de départ pour le personnel licencié, en plus des indemnités de licenciement. La direction a accepté cette proposition. De même, les travailleurs n'ont pas souhaité prendre la décision d'entamer un mouvement de grève en présence de la moitié du personnel.

Ces huit licenciements sont intimement liés à l'accord des banques tant attendu par les actionnaires de la gobeleterie, Herman Green Invest et la Sogepa (bras financier de la Wallonie). Ces derniers doivent absolument investir pour garantir la survie de l'usine. Dans le cas contraire, l'entreprise pourrait aller à vers la faillite. L'investissement conjoint est de 5,5 millions d'euros auquel doit s'ajouter un prêt bancaire de 10,5 millions. Mais la réponse des banques tarde à arriver. "Il semblerait que la direction ait pris cette décision précipitée de licenciements pour tenter de convaincre les banques grâce à une diminution de la masse salariale."

Selon nos informations, une décision des banques pourrait tomber dans le courant de la semaine prochaine. Un rendez-vous est en tout cas programmé ce mardi entre les différentes parties.

Pour rappel, un accord entre la Sogepa et la direction a été signé pour un premier investissement de 16 millions d'euros dont une partie est soumise à ce fameux accord de prêt bancaire. Cette première phase a pour but de moderniser l'outil et de remettre Durobor dans une logique bénéficiaire. Une seconde phase d'investissements de 22 millions à l'horizon 2022-2023, qui est tenue au succès de la première, servirait à l'achat d'un nouveau four et la construction d'un nouvel hangar de stockage.