Limiter les dépôts sauvages est devenu l’une des préoccupations des communes de la région du Centre. À Écaussinnes, les citoyens postent régulièrement sur les réseaux sociaux des photos montrant l’état de certains sites. Cette semaine, un Écaussinnois a poussé un coup de gueule à propos du recyparc d’Hygea. La raison ? Le refus de décharger de vieux objets comme des anciens dvd ou des cassettes. L’homme s’est plaint d’un soudain changement, après plus de vingt années sur l’entité.

Et visiblement, il n’est pas le seul, puisque de nombreux commentaires rapportent la même histoire. "Si on ne peut plus aller au parc à conteneur pour des déchets autre que le ménager, il faudrait réclamer à la commune le droit à l’accès que l’on paie", peut-on lire. "Même si ça rentre dans le sac, des déchets pour lesquels il existe un circuit de recyclage peuvent être déposés", ajoute un autre internaute.

Pourtant, du côté de l’intercommunale, aucune modification n’a été réalisée. En effet, ce point du règlement du recyparc a toujours existé. "Les petites pièces ne sont pas considérées comme des encombrants", explique la porte-parole d’Hygea, Belinda Demattia. "Déjà, c’est plus facile pour le citoyen, mais ça évite les files trop longues dans les parcs. On sait que c’est souvent ce que l’on nous reproche aussi." D’autant plus que les citoyens sont davantage nombreux lors du bon temps. Selon Hygea, les confinements augmentent également les passages au recyparc.

C’est pourquoi la direction a décidé de faire passer le message à ses différents recyparcs. "Nous leur avons demandé d’appliquer le règlement à la lettre", précise Belinda Demattia. "Vu l’influence, on est moins laxiste qu’en temps habituel. On a pas d’autres choix." Ce qui explique la frustration de certains habitants concernant le dépôt des déchets.


Pour éviter désormais ces situations, l’intercommunale a rappelé sur sa page Facebook les règles concernant les encombrants. Vous y trouverez davantage de détails.