Ils sont devenus monnaie courante depuis la crise sanitaire. Les chèques ou bons d'achat se sont avérés être un point central dans les plans de relance du commerce local. En septembre dernier, la commune d'Écaussinnes avait, elle aussi, proposé l'idée à ses citoyens.

Ces bons "coup de pouce" étaient en vente pendant quatre mois l'année dernière. Cinq, dix, ou vingt euros, c'est près de 1000 chèques qui ont été vendus aux Écaussinnois. Les plus achetés :  les bons de vingt euros, avec 690 ventes. Alors que ceux de dix euros ont trouvé 252 acquéreurs. Mais voilà, l'administration communale a constaté que "la moitié de ces chèques étaient toujours dans la poche des habitants. Nous pensons qu'ils les utiliseront pour les secteurs qui ont été fermés durant ces quatre mois comme les coiffeurs." L'annonce de la prolongation de la validité des bons ne devrait pas tarder.

Le budget total prévu pour l'aide covid est de 100 000 euros. Avec les 16 000 euros utilisés pour les chèques, il reste donc une belle somme pour la commune afin de développer d'autres projets. L'un d'entre eux consiste à supprimer des taxes pour les cafetiers sur l'aménagement de plus grandes terrasses, comme cela avait déjà été fait lors du premier déconfinement.

Quant au secteur sportif, le groupe ENSEMBLE a rappelé l'importance de développer des infrastructures extérieures " privilégiées par le gouvernement fédéral." L'idée est d'installer de nouveaux équipements fitness dans certains parcs du territoire, comme des bancs de musculation ou des barres fixes. "On le sait, des clubs de notre région rencontrent de gros problèmes financiers", déclare Romain Deblandre. "Il serait intéressant d'encourager des challenges sportifs pour des pratiques extérieures."

Une compétition sportive devait être lancée, sous forme d'un challenge J'me bouge pour mon club. Le projet a été bloqué pendant une petite période mais il devrait bientôt être disponible. Le principe est déjà connu pour les écoles, avec le challenge Run/Walk/Bike for School. Ici, les sportifs comptabiliseront leurs kilomètres pour venir en aide aux clubs de la région. Le club Ping 2000 avait réussi à récolter 1000 euros grâce à ce système.

L'échevin des sports, Julien Sluys, a aussi abordé la possibilité d'organiser un jogging sur l'entité d'Écaussinnes, quand la situation le permettra. Annulée l'année dernière, cette course a pour objectif de redynamiser ce sport et ses associations. Les détails de l'ensemble de ces projets devraient être communiqués dans les prochaines semaines dans la Cité de l'Amour.