Centre

La première phase du projet de réhabilitation a débuté.

Depuis ce lundi matin, des ouvriers ont pris possession de l'église du Sacré-Cœur d'Ecaussinnes. Ils entament les travaux de sécurisation de l'édifice qui auront pour objectif de stopper les dégradations. Ceux-ci sont estimés à environ 400 000 euros et seront réalisés par la société Monument Hainaut. C'est ainsi qu'un imposant échafaudage sera installé autour du clocher tandis que divers filets de protection seront placés.

Le projet reprend notamment la fermeture et la sécurisation de toutes les baies, le placement d’une étanchéité synthétique provisoire sur le clocher, la pose de nouvelles toitures plates au droit des deux annexes arrières du bâtiment, la pose de nouvelles toitures en panneaux sandwich isolés au niveau de la nef et du bas-côté ouest, la stabilisation et le traitement des charpentes existantes ou encore l’enlèvement de la végétation en façade.

De plus, la toiture du clocher devra être démontée et couverte par une protection provisoire dans l'attente de la réhabilitation future de l'édifice. Les objets de culte présents dans l'édifice ont quant à eux été sauvegardés par la fabrique d’église. Autant que possible, les éléments marquants de l’édifice comme les cloches seront valorisées dans le futur projet.

Il existe en effet un projet de réhabilitation compris dans une deuxième phase de travaux. L’édifice sera reconverti en lieu couvert au service de la population. Cette étape sera menée avec les citoyens, dans le cadre du plan de développement rural permettra également d'obtenir un financement pour la reconversion du lieu. Musée, salle d'exposition, salle de spectacle ou espace multi-fonctionnel, les possibilités sont nombreuses mais la décision définitive n'a pas encore été prise.

Ces dernières années, l'église du Sacré-Cœur a souffert d'un grand manque d'entretien. Suffisant pour que la fabrique d'église ne puisse plus en assumer les frais et décide de s'unir à la fabrique d'église Saint-Rémy. Le bâtiment a donc été mis en vente et c'est la commune d'Ecaussinnes qui s'est portée acquéreuse. Après désacralisation des lieux, le bâtiment est devenu une propriété communale le 6 août 2018.

© DR

© DR

© DR