En cette fin d'année, certains reçoivent de vrais cadeaux, d'autres des mauvaises surprises. C'est le cas de la commune d'Ecaussinnes qui s’est vu communiquer le budget de l’Intercommunale Hygea pour l’année 2021. La contribution pour un service minimum passe de 514 650 euros à 611 280 euros soit une augmentation de 18,78 %.

Forcément, cela ne plaît pas aux autorités communales écaussinnoises qui avaient récemment accepté de changer de système parce qu'Hygea avait indiqué que le maintien de l'ancien coûterait 70 000 euros en plus à la commune. "Cette augmentation est tout à fait incompréhensible pour nous", s'insurge le bourgmestre Xavier Dupont. "La commune d’Ecaussinnes a accepté, à contrecœur, de changer de méthodologie de collecte pour intégrer le schéma de base voulu par Hygea pour limiter les coûts et voilà une augmentation hallucinante des frais de base."

Plus globalement, le budget de l’Intercommunale de gestion des déchets passe de 25 439.977 euros en 2020 à 27 665.485 euros en 2021. Inévitablement, c'est l’ensemble des communes affiliées qui trinque avec cette augmentation de 8% du budget général. Un dérapage budgétaire de l’intercommunale qui aura des répercussions pour les citoyens, puisque l’arrêté du Gouvernent wallon du 5 mars 2008 relatif à la gestion des déchets impose à aux communes de répercuter ces coûts auprès des citoyens.

Par ailleurs, le même arrêté impose la fourniture d’un nombre déterminé de sacs adaptés à la collecte des ordures ménagères. Cette seule imposition représente, pour Ecaussinnes, un coût de 46 990 euros. Bref, la commune d’Ecaussinnes n’a d’autre choix que d’augmenter le montant de la taxe relative à la collecte des déchets à partir de l’exercice 2021.

Le Collège communal a tout de même voulu préserver les personnes ayant le plus de difficultés financières. C’est pourquoi les montants de l’année 2020 ont été gelés pour les personnes qui bénéficient du revenu d’intégration sociale (RIS), de la garantie de revenus aux personnes âgées (GRAPA) et des bénéficiaires de l’intervention majorée (BIM). "Ce sont plus de 750 familles écaussinnoises parmi les plus fragiles qui sont ainsi préservées de l’augmentation de la taxe", indique le bourgmestre.

© DR

Pour les autres, en revanche, il faudra passer à la caisse... Avec par exemple une augmentation de 26% (135 à 170 euros) pour les ménages de plus de 4 personnes. "Nous déplorons sincèrement la situation de fait qui nous est imposée par l’Intercommunale qui, de plus, n’honore pas ses engagements. Nous mettons tout en œuvre pour limiter la production de déchets, à la fois d’un point de vue environnemental mais également financier pour nos citoyens et on constate que les frais liés à la collecte seule augmentent de plus de 50 000 euros. Nous sommes de bons élèves en matière de tri et nous ne sommes pas récompensés", déplore le bourgmestre.

Ecaussinnes a voulu s’inscrire, en 2014, dans le cadre d’un projet-pilote novateur et positif pour l’environnement. Six ans plus tard, alors que nombre de communes, en Région wallonne, ont adopté un système similaire, l’Intercommunale Hygéa a décidé de faire marche-arrière, favorisant le retour à des sacs plastiques qui ne répondent en rien aux enjeux environnementaux actuels et futurs. "Nous sommes obligés de constater que les citoyens devront supporter une augmentation significative des coûts liés à l’Intercommunale et sans évolution positive de la gestion et du traitement des déchets." 

Par ailleurs, la commune d’Ecaussinnes est toujours dans l’attente du système d’aide à la gestion des collectes, promis le 5 décembre 2019 pour le premier semestre 2020, promis à nouveau au mois de mai 2020 lors de la venue du Directeur général de l’Intercommunale lors d’un Conseil communal et demandé avec force lors du Conseil communal de juin 2020.