Elle lui reproche notamment de dénigrer ouvertement l'ADL.

La guerre est-elle déclarée entre Véronique Sgallari (MR-CHE) et Sébastien Deschamps (Ensemble) ? Cela y ressemble en tout cas. L'échevine écaussinnoise, en charge de l'Agence de Développement local (ADL), monte au créneau à propos d'informations que nous avions publiées le 4 février concernant un déficit de 13 000 euros au sein de l'ADL.

L’échevine et des membres du Conseil d'administration s’insurgent d'abord contre la manière par laquelle ces informations ont été diffusées "de manière fragmentaire et subjective". "Aucune éthique, aucun respect pour les règles de fonctionnement des instances communales et para-communales, de la désinformation, et plus que tout aucune volonté de trouver des solutions et d’œuvrer dans l’intérêt de tous. Telle est la marque de fabrique de Mr. Deschamps depuis des années", lance Véronique Sgallari.

"M. Deschamps, comme tous les membres du Conseil d’administration est en effet tenu par le devoir le plus élémentaire de réserve", poursuit-elle. "Lors du dernier CA, M. Deschamps a quitté la réunion après 40 minutes, alors que le chef de projet lui expliquait les données financières en répondant à ses questions sans que ce dernier prenne la peine d’écouter les éléments de réponse qui étaient formulés."

© DR

L'élue libérale va encore plus loin. "Depuis qu’il est administrateur de l’ADL (à savoir 5 ans), M. Deschamps s’est lancé dans une campagne de dénigrement de celle-ci, s’opposant systématiquement à toutes les décisions, et en ne proposant rien. Chaque fois qu’un débat de fonds est lancé, comme actuellement sur le redéploiement de commerces à Marche-lez-Ecaussinnes, M. Deschamps n’ouvre pas la bouche et se réfugie dans son portable, ne contribuant en rien aux débats et n’apportant aucune piste de propositions concrètes."

Lorsque le déficit de l'ADL a été annoncé, Sébastien Deschamps regrettait que davantage de subsides n'aient pas été obtenus. "Si M. Deschamps se plaint du financement de l’ADL, pourquoi n’utilise-t-il pas les relais dont il dispose pour soutenir l’ADL ?", rétorque Véronique Sgallari. "Et c’est d’ailleurs ce qu’on attend d’un administrateur ; qu’il œuvre dans l’intérêt social de l’association, indépendamment de toute considération politique partisane. Il a été demandé à de nombreuses reprises à M. Deschamps d’activer ses relais. En vain. Il préfère utiliser ceux-ci afin de financer sa propre ASBL et bloquer toutes les initiatives de l’ADL."

"Le problème du financement de l’ADL est connu depuis de nombreuses années. Des efforts ont déjà été consentis afin de réduire les frais de fonctionnement (moins 5000 euros) et des demandes de subsides ont été introduites en 2019 permettant d’engranger pour plus de 3000 euros. Certes, ce n’est pas assez mais c’est un joli début et un plan d’actions en la matière a été approuvé par le Conseil d’administration."

Sébastien Deschamps : "C'est le monde à l'envers !"

"'C'est un comble que l'on me demande d'activer mes relais, en tant que mandataire cdH, alors qu'il y a une majorité MR-PS-Ecolo à la Région wallonne. Comme à Ecaussinnes. Et que le ministre compétent est un libéral, comme Mme Sgallari. C'est vraiment le monde à l'envers. Elle est payée pour faire son boulot, ce n'est pas à moi de le faire. Je remplis déjà mon rôle d'administrateur en pointant ce qui ne va pas. Je ne vois pas non plus pourquoi on souhaite cacher les mauvaises finances de l'ADL. J'ai toujours agi en totale transparence auprès de la population d'Ecaussinnes. On ne peut pas étouffer cela. Je tiens aussi à préciser que je suis présent à chaque réunion de l'ADL. Lors de la dernière, j'ai simplement du partir plus tôt car j'avais une autre réunion ailleurs."