La rivière le Mignault avait arboré une couleur brune inquiétante.

En février dernier, des riverains qui se promenaient dans la rue de Mons, à Ecaussinnes, ont remarqué que le ruisseau n'était pas dans son état habituel. Les eaux du Mignault, peu avant son embouchure dans la Sennette, arboraient une inquiétante couleur rouille uniforme. Une plainte avait alors été introduite auprès du DPC (Département police et Contrôle) au SPW Environnement.

Interpellé au parlement wallon sur cette étrange pollution par le député Olivier Destrebecq (MR), le ministre de l'environnement Carlo Di Antonio (cdH) a fourni quelques éclaircissements. "Sur base de l’enquête menée par la direction territoriale du DPC à Mons et des informations recueillies sur le terrain, il apparait que la SWDE a connu un incident le 24 février 2019 à 9 heures à la station d’Ecaussinnes, incident consécutif à une erreur humaine, provoquant le déversement de 11h30 à 12h45 de boues riches en oxydes de fer dans l’égout se rejetant dans le ruisseau du Mignault à Ecaussines."

La couleur brune des eaux du ruisseau était donc due à des boues ferrugineuses provenant de la station de potabilisation de l’eau d’exhaure de la carrière de Restaumont à Ecaussinnes. "Cette eau est fortement chargée en Fer et en Manganèse, la couleur observée étant caractéristique de rejets contenant des concentrations importantes d’oxydes de fer", précise Carlo Di Antonio. "Le phénomène observé n’était donc pas lié à un phénomène naturel ou à un rejet clandestin. Il n’est pas lié non plus à l’activité agricole ou à la proximité des entreprises du zoning de Feluy."

Heureusement, cette situation étrange n'a plus été constatée par la suite. "Suite à l’incident, le DPC s’est rendu sur place et n’a plus constaté de couleur anormale de l’eau du ruisseau ou du rejet suspect, confirmant ainsi le caractère ponctuel de la pollution", ponctue le ministre.

© DR