Le plan lancé par l'échevin Julien Sluys débute par un volet culturel.

Lutter contre les discriminations, voilà l'un des leitmotiv de Julien Sluys (Ecolo), qui est devenu l'année dernière le premier échevin écaussinnois de la Lutte contre les discriminations. Lors de son entrée en fonction avec la création de ce nouvel échevinat, son objectif était de mettre en place un plan de lutte contre les discriminations. Son "bébé" vient de voir le jour sous le nom "Ecaussinnes, village sans peur et sans haine".

Ce plan comporte notamment un volet culturel : sensibiliser via des specatcles, des conférences ou d'autres événements culturels notamment. Et il débute dès ce 5 décembre avec une conférence intitulée "Tapette, gouine : l’insulte à l’orientation sexuelle". "Ses travaux, reconnus internationalement, décortiquent la manière dont certaines catégories de la société (femmes, lgbt+, "étrangers"...) ont été et sont toujours la cible privilégiée des insultes", explique Julien Sluys.

Le programme culturel du plan se poursuivra le 12 décembre par une soirée cinéma consacrée aux "thérapies de conversion". "Plusieurs autres rendez-vous baliseront l’année 2020. Ainsi que des ateliers menés en classes, auprès des clubs sportifs, des mouvements de jeunesse, afin d’informer et de sensibiliser les jeunes aux parcours parfois difficiles des lgbt+ et de confronter à la réalité de deux témoins (une fille et un garçon) leurs représentations des diverses orientations. Enfin, le plan de lutte contre les discriminations d’Ecaussinnes concerne tous les types de discrimination ; il sera aussi question de racisme, de sexisme..."

Ce plan d'action de lutte contre les discriminations sera mis en place progressivement et déployé en concertation avec le monde associatif et les différents services de l’Administration communale. "Il s’appuiera sur l’activation d’un groupe de réflexion composé de citoyens et d’experts dans les questions abordées."

Dans le domaine de la promotion de la diversité LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et assimilés), le plan inclut notamment des campagnes d’information destinées au grand public ; l’organisation d’activités culturelles abordant les thématiques LGBT+ ; une sensibilisation des fonctionnaires de police aux thématiques LGBT+ ; une désignation de policiers/ères de référence pour les délits homophobes+ ; la mise en œuvre d’une politique d'accueil des personnes LGBT+ migrantes et demandeuses d'asile.