Huit mois après une vague de pollution massive du cours d'eau la Sennette, des microbilles de polymère sont toujours observées sur les berges du cours d'eau jusqu'à au moins 8 km en aval. Une enquête a bien été réalisée par le Département de la Police et des contrôles (DPC) mais les résultats n'ont pas encore permis de trouver l'auteur, en sachant que la Sennette borde le zoning de Feluy où plusieurs entreprises sont connues pour produire, transporter et transformer des billes en plastique.

"Il ressort de l'enquête que les billes sont susceptibles de provenir de quatre établissements dans le zoning de Feluy, mais également des transporteurs entrant ou sortant de ceux-ci", signale la ministre wallonne de l'environnement Céline Tellier (Ecolo), interpellée sur le dossier par le député François Desquesnes (cdH). "Des visites de contrôle ont été réalisées par les agents dans les entreprises concernées mais ils n’ont pas pu mettre en évidence une quelconque non-conformité aux conditions particulières fixées dans les permis accordés aux différentes sociétés."

Toutefois, un avertissement par recommandé a été adressé aux quatre sociétés le 20 juillet 2020, les enjoignant de trouver une solution pour stopper la diffusion de billes dans l’environnement. "Le DPC a également demandé au Département des Permis et Autorisations d’envisager la modification des permis des quatre sociétés concernées en vue de fixer des impositions contrôlables afin de contenir les billes à l’intérieur des installations", précise la ministre.

© DR

En parallèle, plusieurs opérations de surveillance des camions ont été réalisées à l’entrée, à la sortie de ces sociétés ainsi que sur les routes avoisinantes. "Mais elles n’ont pas permis de constater de flagrant délit d’abandons sauvages de billes. Cependant, il a été mis en évidence l’importance du nettoyage minutieux des camions lors de leur chargement afin de pallier toute dispersion de billes encore présentes sur le châssis des camions lors du déplacement."

Des mesures ont par ailleurs été prises par les exploitants de ces sociétés en installant des grilles avant rejet, une soufflerie pour les camions sortants ou en renforçant les procédures de surveillance. L’Intercommunale IDEA, gestionnaire du zoning, a de son côté procédé au nettoyage du filet d’eau proche du bassin d’orage particulièrement impacté tandis que chaque société procède régulièrement à l’inspection et au nettoyage des divers tronçons encore impactés.

"J’ai demandé à l’administration d’effectuer de nouvelles opérations de contrôle afin de vérifier le respect des mesures imposées aux sociétés incriminées et d’informer les autorités communales des résultats des différentes actions entreprises", ajoute Céline Tellier. "Enfin, et afin de pouvoir par la suite le régime de la responsabilité environnementale, mon cabinet a invité le DPC à rédiger un procès-verbal contre X. Si une responsabilité est établie par la suite, il sera ainsi possible de faire appliquer le principe pollueur-payeur."