Le CPAS fera désormais appel à des alternatives externes.

Le taxi social, tel qu'on le connaissait à Ecaussinnes, c'est fini. Réuni ce mercredi soir, le conseil de l'action social a voté en faveur d'une réorganisation complète de ce service. Dès le 1er janvier (date à confirmer), le véhicule du CPAS n'ira donc plus chez les citoyens qui ne savent pas se déplacer pour les emmener jusqu’à un rendez-vous médical, effectuer une démarche administrative ou des courses.

La présidente du CPAS justifie cette décision par les différentes lacunes rencontrées. A savoir notamment une discontinuité du service. "Les trajets étant effectués par un seul chauffeur, ceux-ci ne peuvent être réalisés pendant des périodes de congés et hors des heures de bureau", assure Muriel Van Peeterssen. "Et si deux rendez-vous médicaux sont pris au même moment, il est impossible d’assurer le service pour les deux bénéficiaires. De même, en-cas d'imprévu du chauffeur, des rendez-vous pris parfois de longue date par les utilisateurs doivent être annulés le jour même, ce qui est particulièrement pénalisant."

Le CPAS met donc en place un nouveau service avec notamment un point de contact "Taxi social" chargé de réceptionner les demandes des usagers. "Celui-ci entendra les demandes des usagers et les orientera vers les services adaptés à leur besoin. Des partenariats seront en effet développés avec des acteurs de terrain (mutuelles, asbl spécialisées…) pouvant assurer le transport des personnes dans des horaires élargis, tout au long de l’année et sans annulation", explique la présidente du CPAS.

Pour les écarts financiers entre ces alternatives et l'ancien taxi social, le CPAS assure qu'il pourra, en fonction de la situation de chaque personne, prendre en charge la différence de coût afin de maintenir un prix identique aux usagers. "Les trajets des résidents de la maison de repos resteront assurés par le véhicule du CPAS", précise encore Muriel Van Peeterssen. "Cette réorganisation s’effectue afin de pérenniser un service accessible à un plus grand nombre de personnes ainsi qu’une offre étendue et de meilleure qualité. Le personnel du CPAS restera en contact étroit avec les bénéficiaires du service afin de les accompagner."

Le groupe d'opposition Ensemble a voté contre la suppression de ce service. "Nous regrettons la disparition du taxi social", réagit le conseiller communal Sébastien Deschamps. "Celui-ci constitue en effet un outil essentiel dans la lutte contre la pauvreté et l'isolement. L'alternative proposée ne rencontre, par ailleurs, pas la même mission de service au public : démarches administratives plus lourdes, perte de proximité, etc."