Mais la situation est normale, selon le bourgmestre.

Il y a vingt mois, le 1er mars 2018, la crèche de Bel Air d'Ecaussinnes accueillait ses premiers marmots. Depuis, les semaines ont passé et la crèche tourne aujourd'hui à plein régime. Pourtant, "les subsides pour l'infrastructure n'ont toujours pas été versés", assure le conseiller communal Sébastien Deschamps (Ensemble).

"Des calculs doivent être réalisés par Igretec (auteur de projet) pour répartir les subsides entre la crèche et l'ONE", poursuit-il. La petite partie de la crèche consacrée à l'ONE n'est en effet pas subsidiée. "Les états d'avancement doivent être remis sous une forme particulière reprenant tous les postes et repartis entre l'ONE et la crèche Bel Air, ce qui nécessite un travail d'encodage poste par poste important."

Le bourgmestre Xavier Dupont préfère de son côté tempérer ces informations. "C'est une situation normale", explique-t-il. "La Région wallonne attend simplement que tous les états d'avancement soient vérifiés par l'intercommunale Igretec. La seule chose qui a un peu ralenti la procédure, c'est le fait que la partie réservée à l'ONE n'est pas subsidiée donc il faut faire quelques calculs qui ont pris un peu de temps. Mais ce n'est pas une situation inquiétante du tout, ça fait partie des aléas quotidiens d'une administration."

Les subsides seront en effet versés très prochainement. "Nous avons déjà reçu une partie des subsides", poursuit Xavier Dupont. "De même, nous avons reçu ce mercredi les documents nécessaires de l'auteur de projet. Ce qui nous permettra de les renvoyer à la Région wallonne très prochainement et donc de percevoir le reste du subside. Une fois que les agents auront analysé le dossier, ils effectueront le paiement. Ca sera sans doute avant la fin de l'année. Nous l'espérons, en tout cas."

Pour rappel, le Gouvernement wallon avait marqué son accord en février 2015 pour une subvention d’un montant de plus d'1,3 million d'euro pour le projet de la crèche de Bel Air dans le cadre du "Plan Cigogne 3, Volet 2 – subventions en infrastructures".