Au retour des beaux jours, nombreux sont ceux qui enfreignent la loi pour s'y rendre...

Le retour des beaux jours et des températures – disons-le – carrément estivales ont poussé certains inconscients à se rendre dans les carrières en ce long week-end de Pentecôte. Si bien que la police veille au grain, comme chaque année, pour rappeler les risques encourus lors de pareils comportements et pénalisés les individus concernés.

Ce lundi après-midi le bourgmestre d’Écaussinnes, Xavier Dupont (PS) a ainsi assisté à une opération menée par la zone de police de la Haute Senne dans la carrière de Scoufflény. "Au début de l’opération, la police recensait déjà 120 procès-verbaux dressés depuis le début du weekend", explique-t-il.

Des PV qui peuvent être salés : l’amende peut en effet monter jusqu’à 350 euros pour l’accès à la carrière, auquel s’ajoutent en cette période de crise 250 euros pour non-respect des mesures covid-19. "Demain matin, je rencontrerai des responsables des carrières du Hainaut, copropriétaires du site, pour discuter avec eux de solutions qui pourraient s'envisager pour résoudre ce problème."

En effet, la problématique est loin d’être neuve et des drames ont déjà marqué la région. Si l'accès au site est interdit, c'est parce que celui-ci, même s'il présente un cadre idyllique, est dangereux. Le risque d'hydrocution est bien présent (la température de l'eau avoisine les 10 degrés) et du matériel d'exploitation est toujours présent dans la carrière.