La cour d'appel du Hainaut a réformé, vendredi, un jugement qui avait permis à Christine Hemberg, ex-échevine à Écaussinnes, de bénéficier de la suspension du prononcé d'une condamnation pour harcèlement. La cour estime qu'elle est coupable d'avoir harcelé, calomnié et dénoncé à l'autorité un agent immobilier de sa commune. Elle écope d'une peine de six mois avec sursis et devra payer un dommage de 10.000 euros à la victime.

Dès 2009, celle qui fut échevine de 2006 à 2012 s'était mise à critiquer sur son blog le promoteur immobilier Eric Sirault, le comparant à un mafieux. Christine Hemberg avait aussi rédigé des tracts dénonçant les projets immobiliers introduits par M. Sirault auprès de la commune. Cette situation a duré plusieurs années. 

Le 20 mai 2016, le promoteur avait déposé plainte contre l'élue avec constitution de partie civile. Le 18 février dernier, Mme Hemberg avait été reconnue coupable par le tribunal correctionnel de Mons de harcèlement, mais pas de calomnie ni de dénonciation calomnieuse à l'autorité. Elle avait toutefois bénéficié de la suspension du prononcé de la condamnation pour une durée de trois ans. 

L'ex-échevine avait ensuite fait appel, estimant être innocente. Vendredi, la cour d'appel du Hainaut a estimé que les trois préventions étaient établies et a prononcé la peine sollicitée par l'avocat général.