Cette rue est coupée par la N57 et son charroi important.

Cela fait longtemps que les riverains de la rue de Croisettes réclament que des aménagements soient installés le long de la N57. Cette rue d'Ecaussinnes vit en effet depuis de nombreuses années une situation assez particulière puisqu'elle a été coupée en deux lors de la construction de la N57 qui relie Soignies à Mignault. Miracle : les habitants pourraient enfin avoir été entendus.

Lors de la construction de cette route régionale, deux mesures visant à réduire l’impact de ces nuisances avaient été imaginées par le ministre en charge de l’époque, Michel Daerden (PS) : la construction d’une passerelle cyclopiétonne au-dessus de la N57 et la pose d’écrans anti-bruit. Cette deuxième solution est désormais envisagée par le ministre des travaux publics Philippe Henry (Ecolo).

Il a en tout cas été décidé, après analyse, que cette section de la N57 soit reprise dans les propositions de mise à jour de la cartographie du bruit en Wallonie. "Une analyse complète pourra être fournie lors de la réception des données mises à jour", précise le ministre qui a été interpellé par le député François Desquesnes (cdH). "Dans le cadre de la mise en application de la Directive 2002/49/CE, la Wallonie doit mettre à jour les cartographies stratégiques du bruit des infrastructures concernées tous les 5 ans. La prochaine échéance est fixée à 2022."

Mais préalablement, la Wallonie doit communiquer pour le mois de juin 2020 l’ensemble des infrastructures répondant aux critères fixés par cette directive et qui seront cartographiés lors de la prochaine échéance. Et le problème de la rue Croisettes y sera repris. Auparavant ce tronçon n'était pas repris dans l’Arrêté du Gouvernement wallon du 13 septembre 2007 visant à cartographier les infrastructures routières pour la gestion du bruit.

En revanche, "la création d’une passerelle cyclopiétonne a été envisagée mais reportée car le projet de convention à l’un des marchés de travaux de la N57 est resté à l’état de projet", précise Philippe Henry. "Nous tiendrons à l’œil le suivi de ce dossier", commente de son côté le conseiller communal écaussinnois Sébastien Deschamps (Ensemble), qui avait demandé à François Desquesnes d'intervenir. "Je demanderai à notre député d’interpeller à nouveau le ministre des travaux publics sur le sujet en juin prochain afin d’être informé des suites réservées aux requêtes des riverains."

© DR