C'est un gros coup de pouce pour le projet de rénovation de l'Église du Sacré-Coeur d'Écaussinnes. La commune décroche un subside de 1 655 116 euros, du gouvernement wallon, afin de réhabiliter l'endroit. Une aide qui est la bienvenue, après les nombreuses dégradations du bâtiment. " C'est avant tout une bonne nouvelle de pouvoir la réhabiliter", explique le bourgmestre Xavier Dupont. " Il était impossible d'y assurer une sécurité, c'est pourquoi elle avait fermé. Ce subside, c'est aussi la reconnaissance de la part du gouvernement de l'importance de l'Église et de l'histoire de la commune." 

L'édifice appartient à la commune depuis maintenant 2018. Fortement dégradé, des travaux avaient déjà été réalisés, après une procédure de désacralisation. Un processus de participation citoyenne avait aussi vu le jour. Les citoyens actifs dans au sein de la commission de développement rural (CLDR) devaient déterminer les possibilités de réaffectation du lieu. Leur réponse avait été unanime pour une restauration du lieu à vocation socio-culturelle.

Malgré les dégradations stoppées, le reste des travaux représentaient un coût trop onéreux. "L'année passée, nous avions décidé d'introduire le dossier dans notre Développement Rural et de le rentrer à la Région wallonne pour obtenir un subside", déclare le bourgmestre. "Et le résultat est au rendez-vous avec le montant le plus élevé jamais décroché depuis au moins 10 ans", souligne l'échevin du développement durable, Arnaud Guérard. "C’est l’aboutissement de près de deux ans de travail. Nous disposons désormais de perspectives pour donner une deuxième vie à ce patrimoine important d’Ecaussinnes."

Le coût total de cette rénovation avait été estimé à environ trois millions d'euros. Le bourgmestre précise que les dépenses liées à ce dossier se feront en fonction de l'ensemble des subsides récoltés. Les travaux ne devraient pas commencer avant 2022, en raison des nombreuses démarches administratives suivantes. Ils devraient durer deux ans, comme la restauration actuelle de l'ancien hospice Sainte-Philomène.

Même si le travail est loin d'être fini, un pas important a été franchi aujourd'hui.